244 442 libanais de l’étranger inscrits pour les élections législatives de 2022

280

Au total, 244 442 ressortissants libanais de l’étranger se sont inscrits sur les listes électorales via le site https://diasporavote.mfa.gov.lb et les missions diplomatiques et consulaires libanaises à l’étranger contre 92 810 personnes seulement lors du précédent scrutin de 2018.

Pour rappel, les inscriptions se sont clôturées ce samedi à minuit.

Il s’agit du plus important nombre de personnes inscrites depuis un premier vote des libanais de l’étranger en 2018. Pour rappel, au final, sur 92 810 personnes inscrites alors, seules 40% avaient cependant fini par s’exprimer devant les urnes.

Ce scrutin est également marqué par une forte mobilisation contre les partis traditionnels présents au Liban, dont beaucoup sont accusés d’avoir mené le pays des cèdres aux crises actuelles, entre crise économique, politique, voire même diplomatique avec certains pays.

Le ministère des Affaires Etrangères indique que cette plus forte participation démontre l’attachement et l’enthousiasme des expatriés à leur patrie, et de l’importance de leur participation à ces élections et remercie les employés publics qui ont participé à ce processus “en particulier la commission mixte des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères préparatoire aux élections”.

Cependant, la tâche n’est pas achevée puisqu’il s’agira maintenant d’examiner les dossiers des personnes inscrites et au ministère de l’intérieur d’établir les listes électorales préliminaires qui seront diffusées par les missions diplomatiques à l’étranger.

Pour rappel, ce scrutin doit renouveler l’ensemble du parlement libanais alors qu’une polémique concernant la date elle-même des élections divise parlement et présidence de la république. Si le parlement a adopté le principe d’élections législatives le 27 mars, un différend est intervenu concernant le quorum lors de cette session. Ainsi, seuls 57 députés y étaient présents contre 65 comme stipulé par la constitution libanaise entrainant la présentation d’un recours devant le conseil constitutionnel par le Courant Patriotique Libre. Pour sa part, le Président de la République, le général Michel Aoun a estimé nécessaire la tenue des prochaines élections le 8 ou le 15 mai, en raison des conditions climatiques mais également pour ne pas priver de droit de vote, les personnes nées entre le 27 mars et ces dates.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.