Le Président de la République, le Général Michel Aoun, a indiqué qu’il n’y aura aucune immunité pour une personne accusée de corruption.

Il répondait ainsi indirectement au Mufti de la République, le cheikh Abdoul Latif Daryan qui s’est porté au secours de l’Ancien Premier Ministre Fouad Saniora accusé de la disparition de 11 milliards de dollars des caisses de l’état par un député du Hezbollah.

« Comme vous l’avez remarqué ces derniers jours, la lutte contre la corruption suscite des résistance. Mais nous sommes déterminés à gagner la bataille, peu importe les défis, et notre détermination ne faiblira pas, en particulier qu’il n’y aura pas d’immunité pour qui que ce soit. de leur position« 
Le Président de la République, le Général Michel Aoun

Le président de la République en a appelé à l’opinion publique, qui, estime-t-il, « distingue les accusés et les innocents ».
Il a également appelé les institutions publiques et judiciaires à remplir leurs rôles dans les dossiers actuellement en cours.

Le chef de l’état a, en effet, indiqué que plusieurs dossiers concernant des actes de corruption seraient en cours d’examen. Il s’exprimait dans une délégation de la Ligue Maronite qui s’était rendue au Palais de Baabda.

Pour rappel, le Premier Ministre Saad Hariri avait fait de la lutte contre la corruption, une de ses principales missions. Des sources estiment à plus de 3 à 4 milliards de dollars, le coût annuel des fraudes auprès des finances publiques, soit l’équivalent de son déficit budgétaire. La lutte contre la corruption ainsi qu’une série de réformes économiques, fiscales et monétaires sont des conditions sinéquanone à l’application du plan d’aide économique CEDRE pour le Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.