Un article du quotidien arabophone Al Akhbar a révélé dans son édition de mardi que la Sureté Générale Libanaise aurait intercepté le 10 janvier dernier un sympathisant de l’organisation terroriste Daesh au sein même de l’entreprise SOLIDERE, ce dernier étant chargé de désigner plusieurs cibles au centre-ville de Beyrouth.

Le quotidien indique que l’individu était en charge de la surveillance vidéo du Centre-Ville de la capitale libanaise. Originaire de la ville de Saïda, il devait notamment rassembler les informations concernant les venues du Premier Ministre Saad Hariri qui réside dans ce secteur de la capitale, ainsi que les allées et venues de différents hommes politiques, économiques et des touristes se rendant sur les lieux.

Suite à son interrogatoire, il aurait avoué avoir été recruté par un ressortissant palestinien du camp de réfugiés d’Ein Helwé. Les personnes impliquées dans ce réseau terroriste auraient été depuis transférées au Tribunal Militaire, il y a une dizaine de jours.

Le directeur de la Sureté Générale, le Général Abbas Ibrahim, aurait informé le Premier Ministre Saad Hariri des menaces le visant. Le Ministre de l’Intérieur aurait, de son côté, confirmé l’information au quotidien Al Akhbar, indiquant que l’opération de la Sureté Générale aurait permis d’empêcher à ce qu’une attaque terroriste soit commise.

Pour rappel, le quotidien Al Akhbar avait déjà révélé la semaine dernière que plus de 6000 combattants – dont des palestiniens – originaires du Liban auraient rejoint le groupe terroriste de Daesh et de Jabhat al cham (ex al Nosra). 1 300 d’entre eux auraient été tués au cours de la guerre civile syrienne et irakienne.

Fin janvier, un kamikaze, Omar el Assi, avait tenté de commettre un attentat dans la rue commerçante de Hamra, en plein coeur de Beyrouth. Il faisait lui-même parti du groupe terroriste Daesh après avoir appartenu au groupe du cheikh radical Ahmad el Assir. Peu avant minuit, il avait tenté de faire exploser sa ceinture d’explosif à proximité du Café Costa alors que les forces de sécurité et une unité de l’armée libanaise l’interceptaient. Celle-ci comportait 8 kg de TNT et différents shrapnels en vue de tuer le plus de personnes possible.