Terrorisme, migrations et instabilité – Walif Chbeir

5

En l’espace d’une semaine quatre crimes terroristes ont été commis sous forme d’attentats au camion faucheur (Nice 14 Juillet), de décapitation à la hache ( Munich 18 Juillet) et par couteau d’un enfant de 12 ans ( Alep 19-20 Juillet) ainsi que par fusillade ( Munich 21 Juillet).  S’en est suivi, comme pour les attentats antérieurs,  des hommages, des émotions, des dénonciations, des célébrations, des cérémonies,  des drapeaux en berne et tendres enlacements sur les lieux du crime.  Gerbes déposées, bougies allumées et cellules de soutien psychologique.  Gros plans sur larme.

La sourde douleur  des familles, quant à elle, demeure et ces mêmes crimes se perpetuent. En parallèle, le flux migratoire en partance de la syrie, de l’Irak et d’autres foyers de guerre et des Jihadistes du Moyen-orient s’accentue vers l’europe.  Combien iront en Amérique?  Les chiffres du HCR  (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) indiquent qu’il y a actuellement plus de 18 millions de personnes déracinées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont plus de 5 390 000 réfugiés et demandeurs d’asile. Chaque jour apporte son lot de nouvelles législations sur les réfugiés, de fermeture des frontières, de décisions politiques et la distinction juridique entre réfugié et migrant devient de plus en plus subtile.  Les ONG et les HCRNU haussent le ton en mettant en garde contre la pauvreté croissante  et contre l’insuffisance  en matière de financement dans l’aide humanitaire. Elles incitent les pays d’acceuil à ouvrir davantage leurs frontières car cette nouvelle vague de migration pourrait être porteuse de « nouveaux rêves et de nouvelles idées » mais constitue surtout « une source de main-d’oeuvre diversifiée et contribuent à la croissance économique »…..

Professionnels, opportunistes et braves utiles de l’aide humanitaire:  Assez !!!   Ouvrez  vos frontières à la raison plutôt!

De l’avis même du HCR, la 1ère raison majeure pour lesquelles les réfugiés s’éloignent de leur région immédiate est « la perte de tout espoir quant à une résolution politique du conflit ».  N’est il donc pas temps de commencer à considérer que tout pourrait être mis en œuvre pour une résolution politique et pacifique de ces conflits source d’instabilité, de milliers de victimes, de migration et de terrorisme?  Ne faudrait-il pas mettre en place plutôt un mécanisme de contrôle de la production, de la vente et de la circulation d’armes de toutes sortes? Ne suis pas seul à rêver je pense.

La solidarité internationale,  financière ou non, envers les réfugiés, réclamée à cor et à cri par les agences humanitaires serait tellement futile si celle-ci est dirigée avant tout vers la résolution des conflits avec obligation de résultats.

Angelisme pour Angélisme.  Je préfère le mien.

WALIF  CHBEIR

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.