A Mgr Rai, le “pouvoir de sauver…

0

“.. le patriarche maronite s’est dit convaincu… que les USA ont le pouvoir de sauver la démocratie libanaise.« Les États-Unis sont en mesure d’aider aussi à dissocier le Liban des crises qui l’entourent (…) avant qu’il ne soit trop tard ».

Cher patriarche Rai, votre récente visite pastorale aux Etats Unis revêt un caractère fort particulier en des temps désastreux pour la coexistence au Moyen Orient. La pratique de la chrétienté au Liban ne trompe plus personne. Elle est bien déplorable sans la priorité du véritable dialogue fructueux pour la perspective d’un consensus national réaliste. Celui qui base les meilleurs facteurs d’ententes entre les chefs de toutes les composantes afin de convenir, de rétablir, d’affirmer, de prémunir et de défendre enfin une identité libanaise définitive face aux corruptions internes et aux manipulations étrangères. Les comportements qui traduisent la chrétienté sont devenus rarissimes. Les comportements opportuns, les tergiversations, la corruption spirituelle et l’adhérence aux influences extra-nationales sont bien nombreux et vous le savez mieux que quiconque.

Pour justifier l’intérêt national nous avons surtout besoin, bien avant l’influence “positive” fort discutable des États-Unis, de reconnaître en nous et entre toutes les parties, la nécessité de nos propres influences positives et accords. Ceux là peuvent installer les libanais dans l’appartenance à une nation unique malgré les aspirations plurielles! La chrétienté ne peut être représentée par des intentions et des actes mensongers, éphémères ou circonstanciels mais par des comportements bons et utiles pour tout citoyen. Ceux qui mettent fin effectivement aux intérêts étroits des fonctions et des statuts. Cependant, personne ou presque ne répond aux besoins des souffrants. Les plus démunis sont exclus et ceux qui subissent les injustices de pouvoirs continus et corrompus résistent dans la solitude. Que de gens se barricadent derrière leurs droits face aux “responsables” non crédibles et abusifs.

L”impuissance” ne correspond à la foi du croyant. Le chef représentatif ne peut présenter une politique conditionnelle, stérile ou suicidaire. Les aspirations des catholiques libanais ne peuvent se définir uniquement par la résignation aux rituels des prières sans confirmer la volonté de la foi en Dieu par le discernement frontal du faux. Les actes qui se distancient demeurent ceux qui se justifient par la soumission et par la préservation des avoirs et des prérogatives. Le message initial de la coexistence au Liban et dans la région est bafoué par des représentants qui sont souvent non attentifs au respect des valeurs humaines. La puissance de la foi, la transparence de la vérité et de l’honnêteté ainsi que l’union effective et pragmatique de vos fils ne transparaissent que rarement. La prévalence de faux représentants au nom d’une démocratie tronquée et de politiciens suiveurs de faux dialogues ne peut convenir à représenter ni à “sauver la démocratie libanaise.

La lumière sur les vérités tues et sur les spécificités non démocratiques du Liban devrait illustrer justement une amère mais véritable réalité que les Etats Unis reconnaîssent encore comme celle de la démocratie au Liban. Il est porteur d’une autre forme de Paix et de message inexplorés. Ceux que certains veulent absolument détruire dans un immense chantier d’affaires aux donnes internationales dans un contexte régional brûlant et chaotique.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

2 COMMENTAIRES

  1. Excellent qu’il est votre article Mr Acoury et vous en remercie de la part, entre autres, des chrétiens de bonne foi et de bonne pratique.

    «Cachez moi cette misère que je ne saurais voir » semble exprimer patriarche Rai en disant que les États-Unis sont en mesure d’aider à dissocier le Liban des crises qui l’entourent, en oubliant qu’il n’est pas le Patriarche Maronite exclusivement des libanais mais aussi celui d’Antioche et de tout l’orient.

    « … les USA ont le pouvoir de sauver la démocratie libanaise » exprime la soumission coloniale volontaire traditionnelle du patriarchat maronite ( vous reporter à mon article dans la même rubrique ici : Amine Maalouf et la colonisation des esprits au Liban)

    Suis pas certain par ailleurs qu’obama ou Kerry sache ce que c’est un maronite ni comment le distinguer des autres libanais. Église Maronite! Combien de $?

Les commentaires sont fermés