Le financement par la Banque Mondiale du barrage controversé de Bisri annulé

156
12 minutes à lire

Le financement par la Banque Mondiale du très controversé barrage de Bisri a été annulé par la Banque Mondiale.

Répondant hier à des questions qui lui avaient été adressées , la banque mondiale a ainsi indiqué avoir notifié le gouvernement de l’annulation partielle du prêt en raison de la non exécution des tâches préalable au début de la construction du barrage de Bisri.

La BM rappelle avoir exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations au sujet de barrage, amenant à sa suspension partielle dès le 26 juin 2020.

Selon le communiqué:

Pourquoi le projet du barrage de Bisri a-t-il été suspendu partiellement? Et quelles étaient les exigences que le gouvernement central devait remplir pour éviter l’annulation de projets?

Le projet du barrage de Bisri était en suspension partielle depuis le 26 juin 2020 après que la Banque mondiale ait, depuis début janvier 2020, exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations concernant des problèmes qui nuisent à la mise en œuvre réussie du projet. La Banque mondiale avait fixé au 22 juillet 2020 une date limite pour que le gouvernement libanais remplisse toutes les conditions d’une manière satisfaisante pour la Banque pour que ladite suspension partielle soit levée. Le GED a par la suite demandé une prolongation de trois mois de ce délai pour réaliser des progrès sur un certain nombre d’exigences. Compte tenu des contraintes imposées par le COVID-19, la Banque mondiale a accepté une prolongation finale de six semaines se terminant le 4 septembre 2020. La Banque mondiale a indiqué que la partie suspendue du prêt serait annulée à moins qu’elle ne reçoive des preuves satisfaisantes que:

(a) le gouvernement libanais a finalisé le plan de compensation écologique (PCE) selon une procédure régulière et en consultation avec les principales parties prenantes au plus tard le 4 septembre 2020;

(b) Le gouvernement libanais a finalisé les arrangements d’exploitation et d’entretien (F&E) au plus tard le 24 août 2020; et

c) l’entrepreneur est mobilisé sur le chantier au plus tard le 4 septembre 2020.

Le gouvernement libanais a soumis un projet d’ECP le 12 août 2020, et la Banque mondiale a fourni ses commentaires le 25 août 2020. À ce jour, ces commentaires n’ont pas été adressés à la satisfaction de la Banque mondiale et les consultations des parties prenantes n’ont pas eu lieu. Le gouvernement libanais a soumis un protocole d’accord (MoU) pour les arrangements O&M le 24 août 2020. Le MoU s’écarte des exigences de l’accord de prêt et la BM a demandé plus de détails sur les mécanismes institutionnels et financiers mis en place entre le ministère de l’Énergie et l’Eau et l’Eau de Beyrouth au Mont-Liban. Sans ces informations, la Banque mondiale n’est pas en mesure de déterminer que la clause de l’accord de prêt relative aux accords de F&E a été respectée. Enfin, l’entrepreneur n’a pas été mobilisé sur le chantier.

À la date limite convenue du 4 septembre 2020, la Banque mondiale n’a pas reçu de preuves satisfaisantes que les trois actions requises ont été réalisées. L’annulation du projet du barrage de Bisri est entrée en vigueur le 5 septembre 2020.  

Que signifie l’annulation partielle?

La partie annulée du prêt est de 244 millions de dollars américains. Une annulation partielle signifie que les décaissements au titre de certaines composantes du prêt sont annulés et ne sont donc plus possibles. Les dépenses suivantes sont actuellement exemptées de l’annulation:

  • a) Contrats du personnel de l’Unité de gestion des projets;
  • b) contrat d’audit; 
  • et c) conseils et travaux relatifs aux sauvegardes environnementales et sociales. 

Ces exemptions sont nécessaires pour garantir le respect des normes fiduciaires, sociales et environnementales de la Banque.

Quand le projet du barrage de Bisri sera-t-il finalement annulé? Et dans quelles conditions?

L’annulation des fonds non décaissés restants aura lieu une fois que toutes les exigences fiduciaires, environnementales et sociales applicables au projet auront été satisfaites.

Qu’est-ce qu’un plan de compensation écologique? Que doit-il inclure dans le cas du barrage de Bisri par exemple?

Le plan de compensation écologique (ECP) fait partie de l’étude d’impact environnemental et social (EIES) qui doit être préparée dans le cadre du projet.

Le PCE est un plan pour compenser les impacts inévitables sur la biodiversité et les services écosystémiques par des mesures qui seront mises en œuvre en dehors de la zone du réservoir, de sorte que globalement il n’y aura « aucune perte nette » ou un « gain net » en biodiversité et services écosystémiques.

Certaines des activités couvertes par le PEC comprennent: le reboisement de certaines espèces de flore, la gestion des forêts pour minimiser les risques d’incendie, la recréation d’habitats dégradés (tels que les carrières abandonnées et les sablières) et la protection de certains habitats.

Le Gouvernement libanais a tenu un dialogue public sur le projet du barrage de Bisri en juillet 2020. Que pense la Banque mondiale de ce dialogue public et de ses résultats?

Bien que n’étant pas une condition pour lever la suspension, la BM avait souligné à plusieurs reprises la nécessité cruciale de maintenir un processus consultatif ouvert, transparent et inclusif autour du projet et a demandé à recevoir une mise à jour sur l’engagement continu du GOL avec les parties prenantes libanaises.

Compte tenu des fortes inquiétudes des parties prenantes concernant le projet, la Banque mondiale avait demandé au gouvernement libanais de lancer un dialogue public ouvert et transparent pour répondre aux préoccupations soulevées par les citoyens et les groupes de la société civile. 

La BM comprend qu’un certain nombre d’opposants au projet ont décidé de boycotter le dialogue tenu au Grand Sérail les 8 et 10 juillet 2020 en raison de certaines réserves. 

Alors que la BM respecte la décision, la Banque mondiale invite toutes les parties prenantes à maintenir un processus d’engagement ouvert, transparent et constructif pour le bénéfice ultime du Liban et du peuple libanais.

La BM avait également encouragé le gouvernement libanais à s’engager avec une tierce partie indépendante pour entamer un dialogue avec toutes les parties prenantes et lui avait demandé de fournir une mise à jour sur les actions en cours pour impliquer toutes les parties prenantes libanaises sur le projet du barrage de Bisri.

La Banque mondiale a-t-elle pris toutes les mesures possibles pour résoudre les problèmes qui ont empêché le projet d’aller de l’avant?

La Banque mondiale a envoyé six lettres cette année aux anciens et actuels Premiers ministres du Liban (11 janvier, 28 janvier, 12 mars et 20 mai, 26 juin et 28 juillet 2020). 

Les lettres demandaient des actions assorties de délais sur le dialogue public, le plan de compensation écologique, le programme de partage des bénéfices, les modalités d’exploitation et d’entretien du barrage et la reprise de la mobilisation de l’entrepreneur sur place. 

L’équipe de la Banque mondiale a également entrepris de fréquentes missions de supervision en moyenne tous les deux mois et a suivi étroitement avec les partenaires du projet la mise en œuvre et les progrès en temps opportun.

Les communautés locales seront-elles affectées par l’annulation du projet? Si c’est le cas, comment?

Tout projet d’infrastructure crée de nouveaux emplois et le projet du barrage de Bisri ne fait pas exception. Ces emplois offrent des opportunités aux communautés locales. 

En outre, le barrage de Bisri est censé établir un programme de partage des avantages (BSP) pour aider les communautés locales. 

Ces opportunités d’emploi pendant la construction et le BSP après la construction seront perdus en raison de l’annulation du projet.

Qui sera le plus touché par l’annulation du projet?

Plus de 1,6 million de personnes vivant dans le Grand Beyrouth et le Mont Liban (GBML), dont 460 000 personnes vivant avec moins de 4 dollars par jour, n’auront pas un accès fiable à l’eau potable.

Les ménages ne pourront pas dépendre du réseau public d’eau et seront contraints de continuer à compter sur des sources d’eau alternatives coûteuses telles que des camions-citernes et de l’eau en bouteille. Le coût de l’eau des camions-citernes peut atteindre 20 USD par mètre cube dans certaines régions (parfois plus de 20 USD en été et pendant les sécheresses), et est nettement plus élevé que la redevance d’eau de l’établissement des eaux de Beyrouth Mont-Liban.

Si la raison de l’annulation du projet est l’opposition de la société civile, cette opposition existe depuis quelques années. Alors pourquoi l’annuler maintenant?

Le projet a été annulé en raison du manque de progrès dans la mise en œuvre du projet et dans l’achèvement des tâches qui sont les conditions préalables au début de la construction du barrage, à savoir, l’adoption du PCE et l’accord sur les modalités d’exploitation et de maintenance.

La Banque mondiale va-t-elle réaffecter les fonds du projet à d’autres besoins émergents? Comment cette réaffectation se produira-t-elle?

Avant même la tragique explosion du port de Beyrouth le 4 août, qui a entraîné des pertes dévastatrices sur les plans humain, social et économique, le Liban était déjà sous le choc de multiples crises. Cette dernière catastrophe ne fera pas qu’exacerber la contraction de l’activité économique, mais aggravera également les taux de pauvreté, qui étaient déjà à 45 pour cent de la population juste avant l’explosion.

Des crises comme celles-ci entraînent souvent un changement des priorités nationales pour répondre aux besoins émergents. La Banque mondiale aide les pays du monde entier à réorienter les ressources disponibles vers des priorités émergentes plus aiguës. Le BM est prêt à travailler avec le gouvernement libanais s’il fait une telle demande.

D’après les documents du projet, le barrage de Bisri a été conçu pour résoudre les pénuries d’eau graves et chroniques dans la région du Grand Beyrouth et du Mont-Liban. Existe-t-il des alternatives pour donner accès à l’eau aux 1,6 million de personnes de GBML?

L’analyse détaillée du projet de barrage de Bisri indique que le barrage est essentiel pour sécuriser l’eau dans la zone GBML, en conjonction avec d’autres sources d’eau existantes, telles que les eaux souterraines et les sources. À l’heure actuelle, il n’y a pas d’alternative qui puisse être facilement mise en œuvre pour sécuriser le volume d’eau que le barrage de Bisri obtiendrait en été.

Lors de la conception du projet, le gouvernement libanais a commandé une analyse détaillée des alternatives qui a montré qu’une combinaison d’actions non-barrage et barrage était nécessaire pour augmenter le volume d’eau fourni à la zone GBML à long terme, sur la base de techniques, considérations économiques, environnementales et sociales.

Selon les médias, 861 propriétaires terriens de la vallée de Bisri ont reçu un total de 155 millions de dollars en frais d’expropriation. Cet argent sera-t-il récupéré si le projet est annulé? Si oui, par qui? Le GOL? Le BM? Comment cet argent sera-t-il récupéré?

Le gouvernement libanais a traité 99,8 pour cent des expropriations requises pour le barrage et est donc propriétaire du terrain. Le gouvernement décidera de la manière d’utiliser les terres à l’avenir. Le gouvernement remboursera cette partie du prêt selon le calendrier de paiement convenu lors de la préparation du projet.

Environ 197 millions de dollars ont déjà été décaissés pour ce projet, notamment pour l’expropriation de terrains et de propriétés dans la zone du site du barrage. Comment ces fonds seront-ils récupérés? Vous attendez-vous à ce que les propriétaires privés retournent ces fonds?

La Banque mondiale reçoit son remboursement des gouvernements et non des particuliers. Le gouvernement libanais remboursera le prêt conformément au calendrier de décaissement convenu avec la Banque.

La BM va-t-elle indemniser les habitants de la vallée de Bisri pour la destruction de l’histoire et de la biodiversité causée par le projet?

La construction du barrage de Bisri n’a pas encore commencé; cependant, il y a eu des premiers stades de mobilisation. Un nombre limité d’arbres (principalement des agrumes) ont été coupés dans la zone où l’entrepreneur s’est mobilisé sur le terrain exproprié, selon le permis délivré par le ministère de l’Agriculture. Le gouvernement libanais, en tant que propriétaire du terrain, prendra des décisions sur l’utilisation future du terrain.

Pensez-vous que la BM a échoué dans sa gestion de ce projet? Nous savons que la Banque mondiale discute et accepte les projets qu’elle finance avec les gouvernements, mais ne pensez-vous pas que la société civile devrait participer aux consultations sur les projets avant leur approbation?

Dans le cadre des politiques de la BM, les gouvernements mènent des consultations avec la société civile sur chaque projet, et le barrage de Bisri ne fait pas exception. Le gouvernement libanais a mené des consultations pendant la préparation et la mise en œuvre du projet entre avril 2012 et mai 2017. Des réunions publiques et des groupes de discussion ont été organisés avec les bénéficiaires, les personnes affectées par le projet, les ONG et les groupes de la société civile. Les réunions ont été annoncées dans les journaux locaux et plusieurs représentants d’ONG et de groupes de la société civile ont assisté aux sessions. Le projet dispose également d’un mécanisme de règlement des plaintes (GRM) auquel les personnes affectées ont accès et ont utilisé, et toutes les demandes faites par le biais du GRM ont été traitées. L’engagement des citoyens est un élément essentiel de tous les projets de la Banque mondiale, y compris la divulgation complète des documents de sauvegarde et des GRM disponibles.

La Banque mondiale a répondu à toutes les demandes de réunions et d’informations supplémentaires concernant la conception et la mise en œuvre du projet à la demande de diverses parties prenantes.  

Le projet de ce barrage a été l’occasion d’un bras-de-fer important entre société civile et gouvernement et même au sein des autorités libanaises entre Courant Patriotique Libre, son principal défenseur et d’autres partis comme le Parti Socialiste Progressiste qui le dénonçait.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français