Dr. Marlen Bakalli, Philippe Lazzarini, le ministre Wael Abou Faour, Roberta Di Lecce et Dr. Fadi Gemayel
Dr. Marlen Bakalli, Philippe Lazzarini, le ministre Wael Abou Faour, Roberta Di Lecce et Dr. Fadi Gemayel

La principale contribution apportée par l’industrie de l’agroalimentaire du Liban à l’ensemble de l’économie et les mesures à prendre pour l’orienter vers un avenir réussi et durable ont été abordés au cours d’une conférence qui a eu lieu ce matin au Grand Sérail à Beyrouth. Intitulée “Soutenir l’industrie agro-alimentaire : Un choix fondamental pour un avenir meilleur”, la conférence s’est tenue sous le patronage et en la présence du Ministre de l’industrie S.E.M. Wael Abou Faour dans le cadre d’une initiative conjointe du Ministère, de l’Ambassade Italienne au Liban et de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI).  

Les participants à la session d’ouverture ont été les suivants: M. Philippe Lazzarini, le coordinateur spécial de l’ONU et coordonnateur résident de l’aide humanitaire au Liban; Mme. Roberta Di Lecce, Chargée d’affaires à l’Ambassade d’Italie au Liban ; Dr. Bassel El Khatib, président de la division régionale arabe à l’ONUDI représenté par Dr. Marlen Bakalli, responsable du développement industriel au quartier général de l’ONUDI et chef de projet, et Dr. Fadi Gemayel, président de l’Association des Industriels Libanais. 

Dans son discours, Wael Abou Faour a souligné: « Je remercie les parties concernées pour leurs efforts communs visant à développer l’industrie agro-alimentaire au Liban. C’est un secteur très important qui constituait 23.7% des exportations industrielles en 2017 et dont la contribution est tombée à 21.11% en 2018 et à 20.53% au cours des six premiers mois de cette année. Le secteur pesait 287 millions de dollars au cours des six premiers mois de 2017, 267 millions au cours de la même période en 2018 et 266.8 millions de dollars en 2019 durant la même période. Cette diminution est en contradiction avec l’augmentation des exportations industrielles puisqu’au cours des six premiers mois de 2019 l’augmentation a été de 12.1% par rapport à 2018. Je sais bien que la situation politique, sociale et nationale est actuellement obscurcie par l’inquiétude et tintée de pessimisme. Voilà pourquoi les bonnes nouvelles sont les bienvenues : de façon générale, les exportations ont augmenté de 12% durant les six premiers mois de 2019 par rapport à l’année dernière et ceci a bien évidemment un impact positif sur l’économie. Les exportations ont également augmenté de 24.6% entre 2016 et 2019. Cela signifie que l’économie est capable de se redresser si les bons dispositifs pour soutenir les secteurs productifs sont mis en place. Je tiens encore une fois à remercier ceux qui ont soutenu ce projet qui, je l’espère, améliorera et développera ce secteur, notamment celui de l’huile d’olive et d’autres produits que les agriculteurs produisent de façon rudimentaire les rendant ainsi inaptes à l’exportation et non-compétitifs à l’étranger. »

Philippe Lazzarini a de même souligné: « L’industrie libanaise peut être concurrentielle aux niveaux régional et international. Dans le cadre des enjeux économiques croissants, des mesures audacieuses sont de mise pour relever les défis auxquels fait face le secteur et pour progresser tout en restant en phase avec les avancées technologiques et les normes mondiales. »

Roberta Di Lecce a déclaré: « La priorité de la politique d’aide italienne au Liban est claire. Elle vise à soutenir les secteurs de production de l’économie libanaise et se concentre sur la création d’opportunités d’emploi et sur l’amélioration des domaines ayant un avantage comparatif. L’agro-industrie est certainement l’un d’entre eux. L’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS) et les entreprises italiennes se sont engagées à transmettre le savoir-faire et à fournir tout soutien technologique pour le développement de ce secteur».

Dr. Marlen Bakalli a aussi déclaré: « Il est un honneur pour l’ONUDI de soutenir le lancement d’une feuille de route pour le secteur agro-alimentaire au Liban. Nous avons toujours soutenu le développement industriel inclusif et durable au Liban à travers notre programme de pays et nous espérons que cette feuille de route aura un rôle essentiel à jouer pour renforcer notre partenariat avec le gouvernement libanais. »

Selon Dr. Fady Gemayel: « Le secteur de l’agroalimentaire joue un rôle stratégique et important dans l’industrie libanaise puisque les industries agroalimentaires constituent 23% du total des exportations libanaises et que le secteur emploie environ 33% de la main d’œuvre libanaise et comprend le plus grand nombre de manufactures libanaises. C’est un secteur principal qui relie l’agriculture à l’industrie. » 

« Nous espérons qu’il y aura une collaboration intersectorielle pour augmenter la valeur ajoutée des produits de certains secteurs traditionnels de l’agriculture et les relier à l’agroalimentaire après avoir souligner leur potentiel, leur importance et la demande du marché pour des produits pareils en leur attribuant leur propre identité à travers l’AOC. L’huile et les pommes du Mont-Liban en sont un bon exemple », ajouta-t-il. «Je pense qu’il faudrait considérer l’utilité de l’adoption des systèmes d’agriculture et d’industrie biologiques. J’espère également d’avantage de collaboration entre les institutions italiennes et libanaises, notamment dans le domaine agro-industriel. »

La conférence servit de plateforme pour le lancement d’une nouvelle feuille de route agro-alimentaire pour le Liban qui a été développée dans le cadre d’une initiative plus vaste de l’ONUDI organisée sous la bannière de « Promouvoir la création d’emplois et la créativité dans le secteur de l’industrie agro-alimentaire au Liban à travers le transfert des technologies et la formation professionnelle ». 

Des représentants de haut-niveau des secteurs public et privé et de la communauté internationale se sont rassemblés à l’occasion de cet événement qui comprenait des présentations et des débats animés sur les questions relevant de l’industrie. La matinée comprenait deux panels sur les thèmes suivants : « Développement de l’agro-industrie : moteur clé de la croissance économique » et « écologisation du secteur agro-industriel au Liban : condition préalable à la durabilité ».

Le rôle vital de l’ONU dans le soutien des acteurs du secteur privé et les possibilités inexploitées d’innovation dans le secteur de l’agro-industrie étaient au cœur de la conférence qui s’est également penchée sur les défis auxquels le secteur fait face tout en cherchant des moyens pour le développer et libérer son potentiel de croissance. Parmi les principaux thèmes explorés, comment utiliser le design comme outil pour le développement et le besoin d’incorporer des éléments « plus verts » dans l’ensemble du secteur agro-industriel. 

La conférence a été organisée par le Ministère de l’industrie et le bureau de l’ONUDI à Beyrouth. L’ONUDI soutient le secteur agro-industriel à travers le projet de renforcement des capacités communautaires et de l’amélioration des moyens de subsistance (CELEP) depuis 2011. Le CELEP, initiative financée par l’Italie, fournit une assistance technique aux micro, petites et moyennes entreprises et aux coopératives agricoles de plusieurs façons y compris en remettant leurs processus opérationnels à niveau et en les améliorant ; en les aidant à trouver de nouveaux clients ; en créant de meilleurs environnements de travail ; en introduisant l’innovation et la créativité et en améliorant les compétences des travailleurs et leurs niveaux de capacité. 

Contact média

[email protected]

+961 1 497494

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.