Face aux problèmes de fioul, certaines boulangeries ont été dans l’obligation d’acheter le précieux liquide au marché noir, à des tarifs plus importants que le tarif officiel, indique le secrétaire du syndicat des propriétaires de boulangerie de Beyrouth et du Mont Liban Nasser Srour.

Il indique ainsi que le prix du paquet de pain est ainsi actuellement estimé à 13 000 LL, soit bien loin du tarif officiel de 4 000 LL le paquet de 900 grammes publié par le ministère de l’économie.

Nasser Srour accuse également le ministre sortant de l’économie de ne pas avoir répondu aux demandes pressantes de son syndicat afin d’assurer la disponibilité de fioul pour leurs établissements.

Cette information intervient alors que les autorités locales ont dénoncé l’attitude de la Banque du Liban. Pour rappel, son gouverneur, Riad Salamé, avait annoncé unilatéralement l’arrêt du programme de subvention accordé aux carburants alors qu’il s’était pourtant engagé à le poursuivre jusqu’à la fin de l’été en contrepartie d’une hausse de la parité utilisée de 1507 LL/USD à 3900 LL/USD.

Outre les transports, l’arrêt de fioul touche désormais des secteurs critiques comme le secteur hospitalier, avec plusieurs établissements qui ont annoncé l’arrêt de générateurs, des boulangeries donc, mais également des télécommunications, avec l’arrêt du service d’Ogero dans certaines localités du Nord du Liban

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.