Face au risque de voir des pénuries durables d’électricité se produire d’ici fin mars en raison d’un manque de fond à plusieurs fois dénoncé par le ministre sortant de l’énergie Raymond Ghajjar, une commission conjointe parlementaire a décidé d’approuver une avance de 200 millions de dollars de la Banque du Liban pour financer l’achat du fioul nécessaire au fonctionnement des centrales électriques.

Cette somme est cependant en-dessous des demandes du ministre de l’énergie. Ce dernier aurait ainsi demandé au Président de la république, le général Michel Aoun, au Premier Ministre sortant Hassan Diab et au Président de la Chambre Nabih Berri, d’approuver un prêt urgent à l’EDL pour une somme équivalent à 996 millions de dollars au taux de parité officielle, soit à 1500 LL/USD, faute que le gouvernement sortant – démissionnaire depuis le 10 août – puisse se réunir afin d’approuver par lui-même le déblocage de cette somme.

Cette approbation s’est effectuée en dépit de l’objection du bloc parlementaire des Forces Libanaises et du Parti socialiste Progressiste ainsi que d’un député du courant du futur, Hadi Hobeiche.

Ont voté en faveur de cette approbation, le Courant Patriotique Libre, le mouvement Amal, le Hezbollah ainsi que le bloc parlementaire du Courant du Futur à l’exception d’un député.

Cette annonce intervient alors que la parité de la livre libanaise face au dollar continue à se déprécier en raison de la fin prochaine si ce n’est pas déjà le cas des réserves monétaires de la Banque du Liban qui devra cesser de financer le programme d’achat des produits de première nécessité, farine, médicaments ou carburants faute de fonds disponibles.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.