Devant le centre électoral de Douma, Nord Liban. Crédit photo: Libnanews.com
Devant le centre électoral de Douma, Nord Liban. Crédit photo: Libnanews.com

Aux élections législatives de 2018, le parti des Forces libanaises (FL) de Samir Geagea s’était allié à Michel Mecattaff ; le parti Kataëb de Samy Gemayel s’était allié au Parti national libéral (PNL) de Dory Chamoun, aux Verts, au rassemblement de Saydet el Jabal de Fares Souhaid, à Jean Hawat, à Youssef Khalil, à Gilberte Zouein et à Farid Heikal Khazen (allié du courant Marada de Sleiman Frangié) ; le Courant patriotique libre (CPL) fondé par le Président Michel Aoun et dirigé par Gébran Bassil s’était allié au Parti social national syrien (PSNS), au parti Tachnak, à Ghassan Moukheiber, à Sarkis Sarkis, à Michel Moawad, à Neemat Frem, à Ziyad Baroud, à Mansour Bone et à Chamel Roukoz ; et, le Courant Marada de Sleiman Frangié s’était allié avec Boutros Harb, Farid Heikal Khazen, le PSNS et Fayçal Karamé. Le parti des FL et les Kataëb s’étaient alliés dans certaines circonscriptions et s’étaient affrontés dans d’autres. Les deux partis s’étaient aussi alliés au candidat soutenu par le patron de la banque SGBL Antoun Sehnaoui, à Michel Pharaon, à Carole Babikian (fille de Khatchig Babikian) et au parti arménien Ramgavar. Le Courant du Futur de Saad Hariri avait fait alliance avec le CPL et des personnalités comme Nizar Dalloul dans plusieurs circonscriptions. Le Courant du Futur s’était aussi allié avec le Parti socialiste progressiste (PSP) de Walid Joumblatt ainsi qu’avec Amine Rizk (le fils d’Edmond Rizk) et Tammam Salam et parfois aussi avec le parti des FL. Nouhad Machnouk était membre du Courant du Futur. Le Hezbollah et parfois le mouvement Amal du Président du Parlement Nabih Berri s’étaient alliés au CPL dans certaines circonscriptions. Le PSP s’était allié avec le parti des FL et Henri Hélou. Michel Murr avait présenté sa propre liste. De même que Najib Mikati (sur sa liste se trouvaient Kazem Kheir, Jean Obeid et Nicolas Nahas), Ahmad el-Assaad (fils de Kamel el-Assaad), Fouad Makhzoumi (sur sa liste se trouvait Youssef Beydoun), Achraf Rifi, Wiham Wahhab ou encore Mariam Skaff. Nicolas Fattouche s’était allié à Khalil Hraoui, au PSNS et au Hezbollah. Elie Ferzli était allié au mouvement Amal et au parti nassérien Ittihad d’Abdel Rahim Mrad. Walid Succariyé, Emile Rahmé et Albert Mansour s’étaient alliés au PSNS, à Jamil el-Sayyed, aux Ahbache et au tandem chiite (Hezbollah et mouvement Amal). Ce dernier s’est allié au PSNS et aux candidats du parti Baas comme Kassem Hachem. Les Ahbache comme Adnan Traboulsi étaient alliés ailleurs au tandem chiite et parfois au CPL. Le mouvement du peuple d’Omar Wakim s’était allié aux Mourabitoun. L’Organisation populaire nassérienne d’Oussama Saad était également alliée à Ibrahim Azar soutenu par le tandem chiite. Fouad Abou Nader, Elie Karamé, Issam Farès, Khalil Hélou, Joe Hobeika, Hussein Husseini, Fouad Siniora, Fares Boueiz, Selim Hoss, Emile Lahoud (le fils d’Emile Lahoud), Mohammad Safadi et Chaker Berjaoui n’étaient pas candidats. Les partis arméniens Tachnag et Henchak s’étaient alliés au CPL, à Massoud Achkar, à Nicolas Chammas et avaient le soutien du Courant du Futur. Le parti démocratique libanais de Talal Arslane s’est allié au tandem chiite, au CPL et au PSNS. La Jamaa Islamiya s’était alliée tantôt à Salah Salam tantôt à Misbah Ahdab tantôt au CPL et à des proches du Courant du Futur voire à Abdel Rahman Bizri ou Nabil Badr. Une coalition appelée Koullouna Watani regroupait Saaba, le parti communiste libanais, Vous puez !, Sah, LiBaladi, Les Verts, Fadi Abou Jamra (le fils d’Issam Abou Jamra), Riad el-Assaad (le petit-fils de Riad Solh) et Citoyens et Citoyennes dans un État de Charbel Nahas.

Pour les élections législatives de cette année, de nouvelles alliances sont en train de se former :

  • Entre le parti des FL, le PNL de Camille Chamoun (le fils de Dory Chamoun), le Rassemblement pour la République de Michel Sleiman, Ghayath Yazbeck, Achraf Rifi et le PSP.
  • Le parti des FL discute aussi avec Michel Pharaon et le Bloc national libanais. Rappelons qu’un groupe proche du parti des FL, Michel Pharaon et Michel Hélou (petit-fils de Michel Eddé et candidat du Bloc national libanais) détiennent ensemble L’Orient-Le Jour.
  • Le rassemblement de Saydet el Jabal hésite entre le parti des FL et les Kataëb.
  • Le Bloc national libanais a invité Neemat Frem, Paula Yaacoubian et le journaliste et ex-Kataëb Albert Kostanian pour le lancement de sa campagne.
  • Le Front souverainiste regroupe une vingtaine de formations et partis politiques anti-Hezbollah tels que le Parti des FL, le PNL, le Parti Syriaque International et les Gardiens du Cèdre.
  • Durant les manifestations de l’automne 2019, Achraf Rifi, la Jamaa Islamiya et les Horras al Madina s’étaient montrés très proches et bénéficiaient du soutien de la Turquie.
  • Entre les Kataëb, les candidats soutenus par Antoun Sehnaoui, Mariam Skaff, Neemat Frem, Mansour Bone, Farid Heikal Khazen, Michel Moawad et Majd Harb (le fils de Boutros Harb).
  • Les Marada discutent avec Samer Saadé (ex-Kataëb et fils de Georges Saadé) et des députés actuels du Courant du Futur.
  • Fouad Makhzoumi discute avec le parti des FL.
  • Nouhad Machnouk pourrait ne pas se présenter cette fois-ci.
  • Michel Murr (petit-fils de Michel Murr, décédé) n’a pas encore conclu d’alliances pour les élections à venir. Le Courant du futur ne participera pas aux élections. Ni Tammam Salam. Nawaf Salam, ex-ambassadeur du Liban aux Nations unies et actuel juge à la Cour internationale de justice (CIJ) et Fouad Siniora réfléchissent.
  • Le CPL tente de convaincre Issam Farès de faire alliance.
  • Sawa li Lubnan le mouvement de Baha’ Hariri (frère de Saad Hariri) devrait participer aux élections législatives.
  • Le mouvement du 17 octobre : Beirut Madinati, Marsad, Li Hakki, Ligue des déposants, Vous puez !, Mouwatinoun was Mouwatinate, etc.
  • Le Front libanais de l’opposition : Kataëb, Mouvement de l’indépendance, Khatt Ahmar, Taqaddom, Ammiyat 17 Techrine, le Pouls du Sud, Liqaa Tichrine, le Groupement libanais en France, le Rassemblement pour la Révolution, la Troisième République, la Fédération des Révolutionnaires du Nord, Rebelles et les Révolutionnaires du Akkar.
  • L’Appel du 13 avril : le Bloc national libanais, Mintechrine, Tahalof Watani, l’Observatoire populaire pour la lutte contre la corruption, 7ello 3anna-Jeunes du 17 octobre, Rue, Révolutionnaires de Beyrouth, la Révolte de Zahlé, la Réunion révolutionnaire de la Békaa, la Jeunesse pour Tripoli, les Unionistes libres, les Protecteurs de la Constitution, Ma nation est mon identité, la Révolution du Liban, Beirut Madinati et Osos.
  • Il semble aussi que le Bloc national libanais, Mintechrine, Liqaa Techrine, Taqaddom, l’Assemblée plénière du 17 Octobre et Khat Ahmar vont également constituer une alliance.
  • Chamalona : Pensée libre, la Société indépendante du Koura, le Programme alternatif, la Vision de Qannoubine et Osos.
  • Autres groupes : l’Organisation populaire nassérienne d’Oussama Saad, Citoyens et Citoyennes dans un État, le Mouvement jeune pour le changement, LiHaqqi, Chabeb al Masraf, le Parti communiste libanais, Sabaa, Lubnan Yantafid et Lana.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.