3 minutes à lire

Les Forces de Sécurité intérieure ont arrêté plusieurs individus au Nord Liban, accusés de chasse illégale, en infraction à la loi 580 qui régule la chasse au Liban et adoptée en 2017.

Pour rappel, la saison s’étend du 1er septembre 2019 au 15 février 2020 et seulement durant le jour. Ces personnes agissaient, par conséquent, en dehors des dates officielles, utilisaient des équipements non réglementaires et ne disposaient à priori pas des autorisations nécessaires.

Plusieurs plaintes ont également été déposées à l’encontre de ces 8 personnes, dans les circonscription de Akkar, d’Al-Qobayat, de Jabal Trebil et de Zgharta. Elles sont désignées dans le communiqué des FSI, par leurs initiales, s S. (né en 1999, de nationalité libanaise), a M. (né en 2002, sans papiers), p P (né en 1989, libanais), p A (né en 2002, libanais), p G (né en 1982, libanais), h C (né en 1994, libanais), M. CH ! (né en 1994, libanais), et M. B. (né en 1996, libanais) qui auraient abattu de nombreux oiseaux migrateurs.

Les forces de sécurité ont également saisis des fusils de chasse ainsi que des filets qui servaient à ces individus à capturer ces volatiles.

Les suspects ont été déférées devant les autorités judiciaires compétentes.

Le communiqué des forces de sécurité intérieure appelle les personnes – ou encore les associations – témoins de ces pratiques illégales à envoyer les témoignages photo ou vidéo via le formulaire de contact disponibles sur Facebook ou Twitter ou encore via le site  www.isf.gov.lb afin que les personnes coupables puissent être appréhendées.

10% des chasseurs seulement possèderaient un permis …

Alors qu’en 2017, le Ministère de l’Environnement avait finalement réussi à faire appliquer la loi 580 de 2004 qui régule la chasse au Liban, de nombreuses violations de cette loi avec notamment l’abattage d’espèces protégées – cigognes ou oies – sont constatées, année après année. Seuls 10% des chasseurs possèderaient un permis de chasse officiel.

Selon les ONG locales, plus de 2.6 millions de volatiles de 327 espèces différentes sont tuées annuellement. Les chasseurs utiliseraient des méthodes illégales, dont des filets de pêche, capturant des milliers d’oiseaux en même temps. Des images avaient alors défrayé les réseaux sociaux, l’année dernière.

Pour rappel, en mars 2019, la ministre de l’intérieur, Raya el Hassan, avait fait parvenir aux membres des Forces de Sécurité Intérieure, une liste détaillant les pratiques de chasse interdites et rappelle que la saison s’étend du 1er septembre 2019 au 15 février 2020 et seulement durant le jour. Par conséquent, la chasse est actuellement interdite en vertu de cette loi jusqu’à ces dates. Les chasseurs devraient être aussi munis de permis de chasse et d’équipements conformes à la législation locale. Certains équipements comme l’utilisation de filets sont strictement interdits.
Le Ministère avait également rappelé qu’il existe des zones dites essentielles à protéger pour les oiseaux migratoire au Liban, notamment dans la Békaa. Dans ces zones, la chasse est strictement interdite.
Par ailleurs, seule la chasse de seulement certaines espèces d’oiseaux est permise et leurs prises sont limitées. Il s’agit notamment des cailles des blés (10 individus), des autres espèces de cailles (20), de pinsons (25), des bécasses (5), des colverts (5), des pigeons (5), et d’une espèce locale dénommée chukar (1).
Il est strictement interdit de chasser les cigognes et les oies sauvages.

Pour rappel

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Comments are closed.