L'accident impliquant un camion surchargé et dont les freins ont lâché ce jeudi 16 aout à Mansourieh. Photo circulant sur les réseaux sociaux. Crédit DR.
L'accident impliquant un camion surchargé et dont les freins ont lâché ce jeudi 16 aout à Mansourieh. Photo circulant sur les réseaux sociaux. Crédit DR.

Se multiplient ces derniers jours, des accidents mortels sur nos infrastructures routières libanaises.

Pourtant, de nombreuses simples pourraient être entreprises pour les éviter, à commencer déjà par respecter et à imposer les régulations locales déjà existantes.

Les causes sont multiples et nul doute que les responsabilités le sont tout autant. Indiscipline de nos conducteurs, défauts des véhicules dont certains ne sont pas correctement maintenus, responsabilités à plusieurs niveaux de nos responsables publics.

Toujours est-il que ces incidents démontrent encore une fois des défauts bien connus. Nous souffrons de ne voir aucun progrès être effectué ces dernières années, en dépit de l’espoir suscité déjà par l’adoption d’un nouveau code de la route, qui semble aujourd’hui avoir été bien vite oublié par de nombreuses personnes.

Que dire des mesures « esthétiques » de lutte contre les vitres teintées, alors que nombreux conducteurs continuent à faire des « between » comme on appelle plus couramment ici les queues de poissons sans nul férir devant même les forces de sécurité. Que dire des personnes qui se pensent être suffisamment intelligentes à passer outre un sens interdit bloquant pendant plusieurs heures la circulation?

Les radars ne semblent ainsi que financer l’état mais non être réinvestis dans l’intérêt général. Ce n’est pas la vitesse elle-même qui tue mais le défaut de savoir bien conduire et de ne pas respecter ce code.

Que dire également de ces mêmes autorités qui ne sévissent pas à l’encontre de ces conducteurs dont les véhicules ne passeraient pourtant pas les contrôles techniques comme ces camions dont les freins lâchent brusquement, semant la mort dans nos rues et nos axes routiers pourtant principaux. Passent-ils encore le contrôle technique?

Que dire des travailleurs dont on peut douter de la connaissance même du code de la route et qui souvent, Taxi ou Camionneurs n’ont même pas les autorisations officielles et même parfois la nationalité libanaise pour opérer sur notre réseau routier?

Sur un plan infra-structurel, en dépit toutefois d’une catastrophe à l’italienne comme le pont de Gênes qui s’est effondré, on peut toutefois douter de nos infrastructures qui laissent à désirer. Nous pouvons par nous même constater le mauvais état général de la chaussée de nos autoroutes sur lesquels les nids de poule se multiplient, provoquant ainsi, outre l’éclatement de nos pneus si par hasard on roule dessus, des zigzag imprévus pouvant aller jusqu’à provoquer même des accidents.

Sont-elles encore des autoroutes d’ailleurs à la vue des nombreux magasins ouverts sur leurs côtés et dont les clients frôlent nos voitures à la moindre occasion au détriment de la sécurité publique?

Il est nécessaire désormais de faire les choses correctement et notamment au niveau du contrôle des conducteurs et de leurs véhicules. Nul doute aucun, que des boites noires pourraient et devraient être installées dans les véhicules utilitaires de toute sorte afin de délimiter les responsabilités de chacun dans les incidents divers qui nous endeuillent. Il s’agit de contrôler l’état de ces véhicules mais également les conducteurs qui les utilisent.

Il ne peut être que justifier, par rapport à l »état de nos infrastructures que chaque faute commise fasse l’objet des mesures adéquates, encore faudrait-il pour cela que les forces de sécurité elles-mêmes puissent connaitre les règles qui régissent nos routes. Comment accepter qu’en dépit d’un feu rouge, ils acceptent que des véhicules tournent à droite? Nous ne sommes pas aux USA ou cela peut se faire selon les réglementations locales. Il faut appliquer les réglementations libanaises. Il convient également d’éliminer les files multiples contraires aux files officielles. Une ligne est une ligne qu’il s’agit de respecter. Que dire enfin de ces conducteurs qui se croient permis de rouler derrière les services d’urgence dont les ambulances pour éviter les embouteillages? Est-ce acceptable?

Nos routes ne doivent pas être les routes du deuil du code de la route, de personnes innocentes parfois tuées pour une idiotie ou en raison de l’irresponsabilité d’autrui. Le rôle de l’état est également à renforcer cette sécurité routière qui nous fait tant défaut, au-delà de certaines campagnes marketing dont s’emparent certaines associations qui à la fin oeuvrent seulement pour le spotlight puis disparaissent.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

  1. Un article qui definit tres bien et d’une facon concise l’etat DEPLORABLE et de NOS ROUTES et SURTOUT de NOS CONDUCTEURS ecerveles , irresponsables et surtout n’ayant aucune education civique et nulle ethique tout court !!! Le Ministre de l’Interieur a beaucoup de pains sur la planche et il faut battre avec une main de FER !!! comme disait feu Saeb Salam ds le temps ! On compte surtout sur le caractere et la force de Notre President , notre General !!!! il ne faut point retarder les decisions!

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.