2 minutes à lire

Le directeur de la Sûreté Générale le Général Abbas Ibrahim, a indiqué à la chaine de télévision LBCI que l’explosion du port de Beyrouth serait due à la présence de Nitrate d’ammonium à l’intérieur des entrepôts du Port de Beyrouth.

Ce nitrate d’ammonium avait été confisqué à bord d’un navire il y a plus d’un an et placé dans l’entrepôt qui aurait explosé.

Pour l’heure également, les autorités israéliennes démentent être à l’origine de l’explosion. Certaines rumeurs circulaient précédemment au sujet d’un bombardement d’un entrepôt supposé du Hezbollah.

Après que le directeur général de la sécurité générale, le général de division Abbas Ibrahim, a annoncé que l’explosion avait été causée par des matériaux stockés dans le port, le LBCI a appris que les matériaux dont le général Ibrahim a parlé étaient du nitrate d’ammonium hautement explosif confisqué sur un navire il y a plus d’un an et ont été placés dans l’un des magasins de l’entrepôt, et il a été supposé être endommagé, “mais le dommage n’a pas eu lieu”.

Pour l’heure, la défense civile tente toujours de maîtriser l’incendie qui se déroule, alors qu’un hélicoptère de l’Armée Libanaise a été aperçu avec un chargement d’eau pour participer à la lutte contre les flammes. Le port de Beyrouth est pour l’heure invisible, recouvert d’une épaisse fumée.

Dans les quartiers alentours, d’importants dégâts matériels sont constatés, avec des immeubles parfois soufflés.

Certaines sources non officielles évoquent plus de 5 000 blessés.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français