Nous avons pu voir hier des images contradictoires de la mort de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Khadafi. Ces images -choquantes- semblent démontrer que ce dernier aurait été égorgé après avoir été capturé vivant. Cela n’augure rien de bon pour la population libyenne, les nouveaux arrivants étant aussi sanguinaires que le précédent.

On peut être choqué, mais pas surpris, ils auront fait l’économie d’un procès de pacotille, contrairement à celui de Saddam Hussein ou du dirigeant roumain, Nicolas Ceausescu.De nombreuses interrogations quant à l’avenir de ce pays, se posent désormais, notamment avec la place qu’occuperont les islamistes au sein de la prochaine équipe dirigeante, – on a déjà constaté que le gouverneur militaire de Tripoli serait un ancien proche d’Al Qaida et alors que le CNT reste, quant à lui à Benghazi -, on aura certainement de nombreuses autres questions quant au passé, questions à jamais irrésolues avec cette mort, avec pèle-mêle, pour le Liban, la disparition de l’Imam Moussa Sadr, pour le Monde, la vérité sur certains attentats comme celui de Lockerbie, alors que certains évoquaient plutôt une piste syrienne, ou encore de son rôle dans la tragédie d’Ustica, pour ne pas évoquer ces menaces pour dévoiler les sources de financement de certaines campagnes électorales en France notamment. Nul doute que cette mort arrange de nombreux dirigeants ou pays occidentaux.