Le Ministre par Intérim de l’Énergie et des Ressources Hydrauliques et probablement reconduit à ses fonctions, Césars Abi Khalil, a indiqué qu’il reviendra au prochain gouvernement de mettre en œuvre le plan de route pour la restructuration de la production d’électricité en dépit de toute obstruction.

Le ministre a indiqué qu’il s’agirait notamment de la construction de nouvelles centrales électriques à Zouk Michael, Jiyyeh et Deir el Ammar. Cesars Abi Khalil a indiqué que les appel d’offre pour la construction de 2 centrales ont déjà été lancés et qu’un troisième appel d’offre sera offert par le prochain gouvernement.

Ce plan en date de 2010 du temps de son prédécesseur Gébran Bassil, comprenait la construction de 3 centrales électriques et s’était heurté à l’opposition. Il visait à établir une distribution de l’électricité 24/24 en 2014 avec la mise en place de pipelines GPL, la construction de plusieurs centrales utilisant ce carburant pour un coût inférieur à celui du fioul utilisé actuellement, la mise en place de systèmes de production d’électricité via des ressources renouvelables, la réhabilitation des centrales existantes et la restructuration de la distribution de l’électricité pour un montant total de 4.8 milliards de dollars.  Il s’était cependant heurté à l’opposition d’une partie de la classe politique et n’a donc pas pu être mis en œuvre.

Cesars Abi Khalil s’exprimait à l’occasion de la visite de la centrale de Deir Ammar, ce lundi 29 octobre 2018, en compagnie de l’ambassadrice américaine au Liban Elizabeth Richard. Cette centrale est maintenue avec celle de Zahrani par l’entreprise américaine PrimeSouth en 2016 pour une période de 2016, constituant le plus gros investissement US au Liban. Ce contrat avait cependant été mis en danger par le refus du Ministère des Finances d’honorer les montants indus jusqu’en mai 2017, le Conseil des Ministres ayant arbitré en faveur du Ministère de l’Énergie après renégociation du contrat.

Selon PrimeSouth, la capacité de production de la centrale de Deir Ammar serait ainsi passée de 450 Mégawatts à 470 Mégawatts avec une période de disponibilité accrue.

Pour rappel, le Liban connait une pénurie chronique depuis la guerre civile, l’EDL étant incapable d’assurer la fourniture d’électricité 24h sur 24h.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.