Le Ministre de la Santé, Ghassan Hasbani. Crédit photo: Dalati & Nohra
Le Ministre de la Santé, Ghassan Hasbani. Crédit photo: Dalati & Nohra

Le Ministre de la Santé Ghassan Hasbani a estimé à 6000, le nombre de malades liés à la pollution. Ces déclarations intervenant lors d’une conférence conjointe avec Human Right Watch contredisent celles du Ministre de l’Environnement Tarek Khatib qui ne faisait état d’aucune crise sanitaire début décembre.

Selon le ministre citant des statistiques de son ministère, de nombreux cancers intestinaux au Liban sont causés par la pollution de l’eau. Le fait de respirer un air polluait serait l’une des principales causes de cancers et de problèmes cardiaques. Le nombre de personnes atteintes de tels cancers serait estimé à plus de 6 000.

Voir aussi les principales causes de pollution ici : Et cette pollution qui ne fait plus commerce

Selon Ghassan Hasbani, cette catastrophe sanitaire a un lien de causalité avec la mauvaise gestion des déchets, plus communément appelée crise des ordures. Il estime nécessaire de trouver une solution à cette crise et à assurer un traitement à celles et ceux qui sont impactés par l’incapacité de l’état à résoudre le dossier.

Le rapport de HRW estimait qu’une nouvelle crise des ordures menaçait la santé de la population libanaise, 77% des ordures étant jetées dans des décharges à ciel ouvert. Cette étude indique que l’inhalation de fumées de combustion des déchets en plein air, provoque, outre l’augmentation des risques de cancers à long terme, des problèmes respiratoires comme la broncho-pneumopathie chronique obstructive, la toux, l’irritation de la gorge et l’asthme. Il s’accompagnait également d’une série de recommandations aux institutions libanaises et de la mise en place d’une politique à long terme de gestion des déchets.

Voir aussi: le rapport de HRW 

Le 5 décembre dernier, suite de la publication du rapport alarmiste de Human Right Watch qui dénonce le manque de transparence et les manquements dans la gestion des déchets au Liban, le Ministre de l’Environnement Tarek Khatib avait démenti sur les ondes de l’OTV, toute nouvelle crise des ordures au Liban. Selon ses déclarations d’alors, il n’est inadéquat d’alarmer la population en rapport avec un problème qui n’existe pas, estimant par ailleurs que la situation va dans le bon sens.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.