Little Daisy au Moyen Orient

117
2 minutes à lire

La peur pour attaquer préventivement, cela semble être le cas, on agite une peur, en l’occurrence le nucléaire iranien dans un but bien précis, on utilise donc la paranoïa de la population pour obtenir quelque chose.

Cet article flash du Figaro n’est pas sans rappeler la campagne électorale de Lyndon Johnson en 1964 ou une petite fille, visage innocent devient la victime de la folie humaine, celle de la destruction sans distinction, d’une vague de flamme…
Ce même genre de destruction, le Liban l’a connu par sa guerre civile, des morts innocents, simplement en raison de leur appartenance religieuse, les Libanais l’ont connu, la violence gratuite nous a causé 150 000 morts et 17000 disparus, aujourd’hui toujours anonymes pour les autorités actuelles amnésiques et non pour les familles qui continuent à réclamer que Justice soit faite.

Dans le cas présent, la question est de savoir quel est l’objectif que recherchent les autorités israéliennes en agitant cette peur d’un lendemain qui n’existe en fait pas au sein même de la population israélienne, alors que la région moyen-orientale passe et subi d’ailleurs une grande instabilité en raison d’un printemps arabe qui se transforme petit à petit en hiver islamique comme on peut le constater en Tunisie ou en Egypte actuellement et comme on le remarquera en Syrie avec l’irruption de plus en plus flagrante de combattants étrangers.

La peur qu’on agite ainsi gratuitement a un coût qui finit par être payé un jour ou l’autre, on ne prépare pas la Paix en préparant une Guerre, on prépare la Paix en calmant les esprits et non en les excitant. Cette leçon ne semble être guère apprise aujourd’hui.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.