Depuis les temps de la péninsule arabique, de la vie des bédouins, de la naissance du prophète arabe Muhammad et fondateur d’état jusqu’à nos jours, de nombreuses personnalités du monde arabe, de tendances diverses continuent de manifester l’élan de la fougue en méditerranée. Le résultat de ces implications à visées socio-politiques, mènera les rapports entre le peuple et ses dirigeants à des croisements souvent douloureux et sanglants. Ils ont été fréquemment interprétés par un rationalisme occidental peu sensible aux fluctuations orientales. La gronde, la colère et la révolte  prévaudront plus que le dialogue, ce passage obligé qui marque l’éloquence et la droiture des échanges. Il permettrait de négocier leurs besoins et droits. Néanmoins, certains régimes feront souvent perdurer ce qui convient aux mesures de l »individualisme et du groupe familial aux détriments du service commun. En miroitant la prédominance de la stabilité économique ainsi qu’une adhérence sans failles aux intérêts de certaines puissances, on permettra l’atteinte à une identité  ancestrale tribale: la vie de clan.

L’américanisation d’une large partie du Moyen Orient va  répandre un modèle standard de pragmatisme, adapté à des formes et des stéréotypes de modernité. Le confort matériel, typique du sédentarisme, des technologies de pointe et de l’académisme primeront au détriment de la reconnaissance des racines, des libertés d’expressions et de la défense du droit des hommes. Celà  constituera un climat propice à ces chefs qui useront, abuseront de la séduction matérielle et de l »influence étrangère afin de régner, négligeant ainsi le dialogue humble et constructif avec d’autres  familles sur le sable d’Arabie.

Les mouvements populaires sauront malgré quelques débordements user de patience et d’endurance remarquables afin de réclamer leurs dûs. Ils marqueront l’attention de l’occident sur les vraies causes du conflit entre les gouvernés et les gouvernants.Ainsi, la coupure entre la masse et certains « leaders » découle d’une épuisante lutte et de la vaine revendication de droits élémentaires non respectés.Cependant, les besoins de renforcement et de préservation communautaires, pierres angulaires à la construction d’un cadre identitaire se sont enclenchés puis développés dans l’histoire Bédouine au désert. Les accords et tensions dûs aux rivalités de clans ont confirmé la nécessité des hiérarchies par les liens de lignage impliquant le respect et la référence aux aînés. Cette forme de paternité a été construite en fonction des besoins humains de survie dans les conditions climatiques dures au désert  et de la persévérance des groupes à résister aux risques d’agressions. « Les ..notions de morale intertribale, faisant office d’adjuvants ou de contre-poids aux luttes intestines, s’étaient affadies avec le temps . Honneur, de la famille et du clan, devoir d’hospitalité,droit du voisinage, ..chaque clan prenait à sa charge de protéger ses membres, de leur garantir l’exercice des droits ….contre les empiètement d’autrui. » (1) .

Le message prophétique Divin Arabe va ensuite inspirer, guider et  réformer le monde musulman. Il restera  pourtant tristement  jusqu’aujourd’hui déchiré et sujet aux:

  • -Secousses liées aux rapports entre les chefs , leurs représentants , les intérêts des familles régnantes et les masses en constantes évolutions .
  • -Conflits  avec l’extrémisme  qui a considérablement déformé  le message coranique dans la forme et le fond .
  • -Tensions avec l’occident qui  tend à confondre l’Islam avec les mouvements fanatiques.
  • -Crises d’identité dans le rapport à l’amour de Dieu :Il ne peut être en aucune façon transformé en un culte suprême individuel charismatique ou collectif promouvant la haine et la violence .

Ainsi ,Edmond Rabbath nous dit dans -Mahomet,Prophète Arabe et Fondateur d’État -: »Le terme mouslim a pris alternativement les deux sens d’adepte de la foi islamique et de fidèle à la religion d’Abraham. Mais dans les deux cas, il a uniformément signifié la soumission la plus absolue qui soit à la volonté d’Allah,soumission non seulement du cœur et de la volonté,mais aussi de la raison ;elle entraîne ,par conséquent , l’adoption d’une attitude de résignation devant les épreuves et de paix avec les hommes. »(2)

En répondant aux Grâces (fadl) de Dieu et en respectant humblement les pères hiérarchiques de l’histoire arabe, la foi musulmane pourrait éclairer la fraternité des fils et évoluer sans perdre le meilleur de ses traditions.

Elle risquerait alors de menacer l »héritage du passé, l’équilibre des influences  présentes dans la modernité et de favoriser les réactions démesurées et l’extrémisme. »Je pense que toute identité exclusive, négatrice de l’autre, toute résistante aux acquis des Lumières, quels que soient les masques qu’elle porte, est une recherche de la pureté originelle ».(3)

Que la foi en Dieu éclaire la  route des sages au désert!

Joe Acoury

Ref: 1 & 2, Mahomet Prophète et Fondateur d’état, Edmond Rabbath,lib orientale, 1986.

Ref:3, Daryush Shayegan,La conscience métisse,Albin Michel,2012,p 244.