Tentative d’assassinat de l’ancien Ministre Michel Samaha

2
Moins d'une minute de lecture

La vie de l’ancien ministre de l’information, Michel Samaha, aurait été menacée lors d’un transfert pour des raisons médicales, a annoncé le journal Al Joumhouria, citant des sources sécuritaires locales. Selon le quotidien arabophone libanais, l’ancien ministre, accusé d’avoir transporté des explosifs depuis la Syrie vers le Liban aurait pu être assassiné en raison d’informations “vitales” en sa possession, informations qui accuseraient le régime syrien d’être à l’origine d’une vague d’attentats visant à déstabiliser le Liban.

Pour rappel, l’ancien ministre de l’information du dernier gouvernement de Rafic Hariri, considéré comme proche du président syrien Bachar el Assad – il était notamment l’intermédiaire entre le président Français Nicolas Sarkozy et ce dernier – , avait été arrêté le 9 aout 2012 à son domicile de Khonchara sur demande du procureur général de la République. Celui-ci avait accusé Michel Samaha – sur bases d’informations fournies par les services de renseignement des Forces de Sécurité Intérieures – d’avoir transporté 24 charges explosives dans son propre véhicule sur la demande du chef des services de renseignement syriens, Ali Mamlouk, dont les demandes d’extraditions libanaises sont restées pour l’heure sans réponse de la part de Damas. Les attentats, selon certaines informations, auraient notamment ciblé des députés sunnites du Nord Liban ou des personnalités chrétiennes pour provoquer un conflit confessionnel. Michel Samaha avait d’abord indiqué ignorer la présence de ces explosifs, accusant son chauffeur de les avoir transporté de sa propre initiative pour ensuite avouer son implication.

La justice militaire a depuis requis le 20 février 2013 la peine de mort contre l’ancien ministre.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.