Le procureur financier Ali Ibrahim a mis en examen l’ancien ministre d’état Fayez Shoukour pour négligence professionnel concernant la caisse de sécurité sociale, annonce une dépêche de l’ANI.
Ce dernier, membre du Parti Baas avait servi comme Ministre d’Etat au sein du 2ème gouvernement de Rafic Hariri, entre 1995 à 1996.

Il serait accusé d’avoir perçu des commissions de la sécurité sociale, suite à l’obtention par certains individus d’emplois fictifs. Egalement, l’ancien ministre aurait été nommé comme médecin référant durant plus de 15 ans sans avoir exercé ou même vu dans les locaux de la Sécurité.

Cette plainte aurait été déposée par un groupe d’avocats intitulé Mottahidoun fin juillet.

Son dossier a été transféré au premier magistrat de la ville de Beyrouth.

Cette plainte contre un ancien ministre intervient alors que les manifestations contre la classe politique se sont poursuivies aujourd’hui pour une 20ème journée consécutive. Les protestataires exigent la démission des autorités actuelles qu’is accusent de corruption et de dilapidation des fonds publics, alors que le Liban est actuellement l’un des pays les plus endettés au monde. Son taux d’endettement atteint 150% du PIB.

Cette nouvelle mise en examen intervient alors qu’un ancien premier ministre Najib Mikati et ses proches, ainsi que la banque Audi, ont été accusés d’avoir détourné des fonds publics destinés à l’achat de biens immobiliers, il y a 2 semaines. Hier également, le CDR a été mis en examen avec des entreprises de BTP pour dilapidation de fonds publics dans le cadre du scandale du barrage de Brissa-Denniyeh au Nord du Liban. 

Lire également

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.