Les pressions américaines contre le Liban ont augmenté suite à l’accusation de blanchiment d’argent de trafic de drogues et d’être liée au Hezbollah qui fait parti de la liste noire des organisations terroristes selon Washington faite par le Trésors Américain contre la Lebanese Canadian Bank.

Le Trésors Américain pourrait ainsi interdire aux institutions financières américaines de tout lien avec l’institution libanaise. Il indique que cette dernière serait liée à un trafiquant de drogue dénommé Ayman Joumaa, qui aurait ainsi pu investir jusqu’à 200 millions de dollars notamment dans des produits financiers et dans le commerce des voitures usagées aux USA.

Washington accuse également  le Hezbollah d’être lié à ce trafiquant, bénéficiant ainsi de ses réseaux en Amérique Latine, en Afrique et en Europe, citant notamment le cas d’une Banque en Gambie appartenant à une personnalité proche du Mouvement Chiite.

De son coté, la Banque Libanaise a démenti tout lien, ses accusations pouvant lui être fatale, les transactions financières internationales des banques libanaises passant par des institutions américaine. La Lebanese Canadian Bank annonce également sa volonté de coopérer avec les instances régulatrices pour démontrer son intégrité.

Comments are closed.