Jocelyne Saab. Source Photo: Wikipedia
Jocelyne Saab. Source Photo: Wikipedia

La réalisatrice libanaise Jocelyne Saab est décédée ce lundi 7 janvier, a annoncé son fils via la page facebook de l’artiste.

Réalisatrice, photographe, plasticienne libanaise, âgée de seulement 70 ans, Jocelyne Saab était l’une des représentantes du nouveau cinéma libanais.

Débutant sa carrière au journal As Safa avec Etel Adnan, Jocelyne Saab s’était très vite tournée vers le 7ème Art, tout en maintenant sa carrière de reporter de guerre réalisant de nombreux documentaires sur des conflits dont la guerre d’octobre en Egypte, le Kurdistan, la guerre d’Irak, l’Iran, la Syrie, le Golan, et son pays natal, le Liban alors ravagé par un conflit fratricide.

Elle sera ainsi l’auteur de Beyrouth, jamais plus en 1976, puis de Lettre de Beyrouth en 1978, et ainsi Beyrouth, ma ville en 1982.

Passant à la réalisation, Jocelyne Saab assistera Volker Schlöndorff sur Le Faussaire en 1981, puis passera pour la première fois à la fiction en 1985.

En 2005, Joycelyne Saab réalisera Dunia, un film dramatique franco-libano-égyptien qui fit scandale au Caire. Elle y abordera notamment l’excision ainsi que l’interdiction de l’ouvrage des Mille et Une Nuits, ouvrage considéré comme pornographique. Ce film sera récipiendaire de nombreuses distinctions dont celles du Meilleur film du Festival du film de High Falls, du Grand Prix du Jury du Festival du film de Sundance et du Festival international de films de Fribourg.

Artiste accomplie dans bien des domaines, Jocelyne Saab s’était également fait connaitre dans le domaine de la Photographie.

Jocelyne Saab s’était distinguée à partir de 2013, créant le Festival International du Film de Résistance Culturelle au Liban, qui connaitra trois éditions sur plusieurs villes parmi lesquelles Beyrouth, Tripoli, Zahlé, Tyr.

Jocelyne Saab laisse derrière elle un fils et le cinéma libanais désormais en deuil d’une de ses plus grandes représentantes.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.