Le Liban se situe à un croisement d’identités. La machine vieillie des politiques d’affaires devra faire face aux candidats de la société civile et ce, malgré tous les slogans moqueurs des routiers et de leurs progénitures.

Le poids électoral des candidats de la citoyenneté est incontournable car de nombreux libanais ont choisi de ne plus être irresponsables et dépendants de mauvais et de faux représentants. Ces derniers indiquent une perplexité grandissante quant à vouloir reconnaître la consistance et la représentativité différente des nouveaux venus. Eux, vont tôt ou tard indiquer et vérifier tout comportement douteux au sein du prochain parlement.

L’appui régional demeure la manne de la récupération pour tous ceux qui misent surtout à se maintenir ou à se prévaloir selon des influences confortables ou opportunes. Elles pourraient sauver des façades et initier un éventuel rebond économique mais pas une confiance  non controversée. Néanmoins, quand les caisses de l’état et les poches du citoyen sont raclées, il ne suffit pas de les pourvoir avec des promesses de corrections multiples et des revirements nécessaires ou obligés, mais par des actes d’une transparence effective et généralisée. Les aides internationales ont ainsi dûment conditionné leur appui selon des mesures précises.

“Les participants ont salué les contributions budgétaires du Liban aux deux plans et ont apprécié l’engagement des plans envers la clarté et la transparence, l’accent mis sur un programme de réforme transformateur, l’accent mis sur la rentabilité, la confiance et les relations communautaires et les promesses d’accroître la participation des femmes à tous les niveaux de la prise de décision, conformément à la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité. ” 2

Socrate à été condamné à mort par l’Etat suite à plusieurs accusations, dont la corruption de la jeunesse qui s’engage chez nous à corriger un système politique pour le moins défaillant et à rétablir le bien fondé d’une mentalité critique et citoyenne.

2  Ref, Ambassade de France à Beyrouth, déclaration conjointe de la conférence de Rome II.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.