Crédit photo: Jim Henderson
Crédit photo: Jim Henderson

Faute de règlement adapté,  les ordures des gens envahissent le faux paysage de la célèbre insouciance du libanais et collent si justement à la réalité de rues génératrices à volonté, de bosses et de trous. Les circulations systématiquement fermées sur des routes déjà parsemées de pièges subtilement invisibles aux tournants, correspondent sans équivoque national à un paysage récent, dramatiquement complémentaire. Celui des ordures qui stagnent, suffocantes et déchargées pêle- mêle. Rien de plus typiquement de chez nous que la politique des absences qui confirme les scènes de pourritures malgré l’irrésistible  « welcome to Lebanon ». La raison la plus simple de ce résultat en pleine chaleur d’été est le choix du non choix chez la majorité des libanais et l’alternative de la corruption naturelle chez ces politiciens qui jubilent, du coup à une après crise bien orchestrée.

Le recours à la dépendance pour la sécurité ontologique de chacun ne peut ici cohabiter avec la non prévisibilité des issues à nos poubelles ni avec les risques de mettre en danger l’hygiène publique. Les déterminismes d’appartenance viscérale au parent, au couple, à la famille,  à la communauté, à la société aux influences multiples, au passé, aux pays de la région jusqu’aux perspectives stratégiques des grandes nations pour le monde ne peuvent rien pour répondre à la gêne des moustiques toxiques, à la hantise des odeurs envahissantes et à l’expectative de résoudre un gros problème sanitaire appelé à durer!

Citoyen, va-tu encore chercher frénétiquement ailleurs, quand tu détiens la part essentielle pour soulager tes besoins immédiats et essentiels? Le non-sens agréé de confondre ton quotidien au paradoxe de l’irrationnel peut-il prévaloir en suffocant d’un air malsain? Regarde le désordre de ta vie et active une autre forme de conscience. Celle qui s’occupe de l’ordinaire et du pressant pour réagir à ton assassinat par la politique des lâchages. Engage toi à ne plus sombrer dans le « confortable » conformisme d’attendre. Il ligote l’indispensable choix de respirer!

La volonté qui te manque n’est plus une condition nécessaire au changement quand elle est remplacée par le faire face au cauchemar d’une mort lente et non assistée!  Réalise que la vie catastrophique à laquelle tu concoures est ce que les politiques et les politiciens ont promis. Pour comprendre cela il ne faut plus t’abandonner mais agir même tard pour sauver ce que tu as de plus précieux: La part égoïste pour ta sauvegarde. Elle est axée sur la défense des valeurs élémentaires et l’exercice d’une urgente priorité: Celle de refuser de subir les ordures de ceux qui l’autorisent, en commençant par rendre ces poubelles immondes, intolérables aux personnes irresponsables!

Joe Acoury