” Il y a pour l’individu ce qu’on appelle la sécurité ontologique primaire, c’est-à-dire le sentiment immédiat de confiance qu’a l’individu dans son corps et sa capacité d’agir. Pour la société, on a l’équivalent avec ce qu’on pourrait appeler la sécurité ontologique sociale. C’est cette certitude que le sol social qui soutient nos échanges est solide. Cette sécurité n’existe plus et ce sont les fondamentaux de la société qui sont rendus très instables. La crise actuelle est un phénomène qu’on peut dire panenglobant. C’est la planète entière qui est touchée, et plus ou moins confinée. La notion d’ailleurs a disparu. Le sentiment qu’il n’y a plus d’ « ailleurs » possible est inédit. Hors en santé mentale, la possibilité qu’il existe un ailleurs plus souhaitable est fondamentale. “
Xavier Briffault Chargé de recherche au CNRS … Membre du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), Commission Spécialisée Prévention, Education et Promotion de la Santé, 15 /1 / 2021. 

Les gérances de la crise du COVID-19 indiquent des vaccins prometteurs mais controversés, des directives étatiques fluctuantes, des oppositions perplexes ainsi que les angoisses des suiveurs et des souffrants. Les ” variantes du Coronavirus” inquiètent alors que les restrictions recommandées demeurent incontournables pour éviter la contagion et la mort. Cependant, l’état d’urgence mondial demeure inapplicable sans  l’acharnement des êtres humains à rester vivant dans un désordre mondial qui rabâche des résolutions éloquentes pour préserver ce qui reste de la démocratie. Le bon vieux temps des valeurs humaines existe plus intensément chez tant de citoyens que le présent qu’ils vivent. Pour les malades souffrants à distance des leurs, la sécurité qui leur reste n’est plus une promesse mais le regard attentif d’un soignant et l’image des proches et amis qui se lamentent à part . La survie psychologique s’inscrit gravement  parmi les nouvelles priorités des gens.

Quand le contexte environnemental est gravement secoué et que les systèmes de gouvernances inspirent surtout d’irrévocables méfiances, les préventions inégalées pour rester vivant et fonctionnel se révèlent fort insuffisantes. Sans la présence de gouvernements de soignants et de la sensibilité partagée, de la réanimation des belles traditions, de l’expérience qui jaillit du cœur et du geste bienveillant, la ” « décivilisation ” désigne.. d’une part le processus de destruction des communautés et d’autre part, le retournement du processus de civilisation, le reflux des comportements civilisés, le relâchement du contrôle des pulsions, le retour de la violence notamment, le retour de l’immédiateté.. “DU CONCEPT DE « DÉCIVILISATION »Aurélien Aramini et Florian Gulli. 

Réf :https://doi.org/10.4000/philosophique.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français

Avatar
Psychothérapeute Spécialisé en gestalt thérapie, Consultant et Formateur.