Capture d’écran 2015-08-24 à 14.22.25

« Renvoyé dans les profondeurs du lexique politique occidental au cours du XXe siècle, le concept de « société civile » refait son apparition dans le débat sur la crise de la démocratie représentative….Dans son sens moderne, le terme « société civile » désigne … la sphère des intérêts privés des citoyens, qui présuppose la politique et ses institutions (en particulier l’Etat), mais qui ne se confond pas avec elles. » (1).

Chers concitoyens, vous continuez si pertinemment à clamer des droits élémentaires et à persévérer dans votre mouvement. Vous avez subi des agressions injustifiées ainsi que le débordement des fauteurs de troubles. Leur but ultime est de salir votre haut niveau de participation pour défendre la civilité. Ce qui s’est déroulé sur le terrain des douloureuses et légitimes manifestations confirme une seule voix, la vôtre. Elle est écoutée, inquiète désormais et perturbe le « business as usual ».

La lucidité implacable de la société civile poursuit sans relâche l’application du bon sens pour répondre aux multiples urgences nationales. La ténacité et la clairvoyance de la citoyenneté traduisent aujourd’hui une exceptionnelle démarcation humaine, vive, claire et définitive vis à vis des politiques traditionnellement corruptives et corrompues! Cet état des choses signe un remarquable et lumineux tournant de l’histoire de notre Liban: Le libanais agit en Citoyen.

(1) Raffaele Laudani -2012-
Chercheur auprès du département d’histoire, d’anthropologie et de géographie de l’université de Bologne.

Joe Acoury.