L’Amérique de Chomsky.

135
2 minutes à lire

“We are hardly the first power in history to combine material interests, great technological capacity, and an utter disregard for the suffering and misery of the lowest orders. The long tradition of naïveté and self-righteousness that disfigures our intellectual history, however, must serve as a warning to the Third World , if such a warning is needed, as to how our protestations of sincerity and benign intent are to be interpreted.”

Noam Chomsky.

Le président Obama, chef suprême des forces armées américaines décide de mener ses frappes contre L’EI en coordination étroite avec ceux qui ont utilisé, financé, soutenu tacitement ou ouvertement des terroristes sanguinaires au Moyen Orient. Va t-il miser sur la “conversion” obligée ou bienveillante de ces mêmes dirigeants et hommes d’affaires? Ont-ils les dispositions à lutter efficacement à court et à long terme pour sauver bien plus que d’apparentes participations opportunes au sein d’une coalition internationale?

Ce “mal”, d’abord considéré nécessaire par des stratèges de la politique géo-stratégique en Occident et en Israël, va t-il devenir ponctuellement ou définitivement inconcevable?  Suffira t-il ainsi de confirmer un engagement planétaire nouveau au nom des coexistences plurielles? Serait-il celui de ne plus initier ni manipuler le feu incendiaire, par la manipulation de certains au service des esprits haineux de la religion, des tentations matérielles et du projet diabolique de soumettre la diversité, la liberté et l’indépendance à l’intolérance absolue?!  Les monarques arabes veulent-ils vraiment, cibler “l’ennemi de L’Islam”, des religions, de la coexistence, des cultures, de la diversité et de la modération dans le monde pour revendiquer en profondeur la suprématie de la miséricorde au service de Dieu? Le ballet des mots orchestrés entre les nations sert-il à traduire des pensées résolues sur les tribunes officielles ou une étape singulière d’un consensus historique provisoire? Les étapes annoncées entre différents chefs de superpuissances sont-ils pour mettre en scène des rôles qui conforteraient surtout l’opinion publique?

Comment résoudre l’embroglio de certains régimes arabes en guerre contre Daesh par l’intervention énigmatique et réduite des États Unis sans nous interroger sur les conséquences de ses frappes? Est-ce qu’en temps propice les contres-réactions vont permettre de redéfinir la carte stratégique du terrorisme arabe? L’Amérique de Chomsky est bien celà: Elle nous indique que la course pour sauver la façade des valeurs humaines dépend du “..droit de mentir au service du pouvoir sauvegardé avec une vigueur et passion considérables”. Une large coalition servirait-elle à dégager le requin juste pour le replonger dans un espace contenu? A moyen ou à long terme, l’objectif ultime recherché, serait-il de contenir davantage la tension au Moyen Orient afin de le rendre plus dépendant des nations pour la sécurité exclusive d’Israël?

Joe Acoury.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français