Je tiens à préciser que je ne cherche nullement à justifier les actes gratuits de violence commis par des terroristes sur des innocents, victimes de leur haine rageuse. Je voudrais donner objectivement mon opinion sur les véritables causes du terrorisme et les éventuelles solutions à ce fléau. A mon humble avis, il faudrait remonter à l’époque coloniale pour trouver les raisons de cette haine de l’Occident.

Les colonisateurs ont occupé et administré des nations étrangères. Ils ont certes participé au développement de ces pays colonisés. Par contre les autochtones les ont toujours considérés comme des usurpateurs des droits légitimes des peuples qui n’aspiraient qu’à s’affranchir de cette tutelle. Des injustices sociales ont été par ailleurs commises par ces étrangers qui traitaient les colonisés comme des gens de second rang. Ils les considéraient comme des ignares à qui il fallait imposer une culture différente de la leur.

Il serait bon de faire remarquer que les colonisateurs n’avaient pas la même religion que les colonisés. C’est ce qui donne l’impression que ce qui se passe comme événements de nos jours, c’est une guerre de religions entre chrétiens et musulmans. C’est archifaux. La religion chrétienne n’a plus prise, depuis bien longtemps, sur les affaires de l’Etat. Ce qui n’est pas le cas de la religion musulmane qui refuse la laïcité sous toutes ses formes. Cité et récité dans de nombreux événements et circonstances de la vie (prières quotidiennes, Ramadan …), le Coran occupe une place importante dans la vie de tout musulman. Il sert même de système de gouvernement. C’est le cas de la plupart des Etats arabes du Golfe qui s’inspirent du Coran pour réglementer leur mode de vie. Il y a eu cependant des exceptions comme par exemple la Turquie d’Atatürk et la Tunisie de Bourguiba, deux pays dont la population est à majorité musulmane mais dont le système politique était laïc. Je respecte le choix des uns et des autres. Ce n’est pas dans mon intention de porter un jugement quelconque sur ces systèmes de gouvernement. Chacun est libre de ses choix.

Ajoutez à cela que pour obtenir leur indépendance, les peuples colonisés ont dû mener des guerres de libération sans pitié contre les colonisateurs. L’Algérie est l’exemple le plus marquant à retenir dans son combat pour l’indépendance. Ces guerres ont laissé des traces dans toutes les consciences. Les livres d’Histoire des pays colonisés ne manquent pas une occasion pour rappeler aux jeunes générations toutes les souffrances endurées par les générations de l’époque où des étrangers tiraient profit des richesses de leurs pays. Ces jeunes sont éduqués de sorte à présenter les colonisateurs comme des ennemis qui ont été combattus pour se libérer de leur tutelle. Il s’ensuit un sentiment de haine latent vis-à-vis de ces gens qui se permettaient de vouloir leur donner des leçons de vie.

Ces jeunes ont quitté leurs pays d’origine et vivent pour la plupart dans les pays européens. Ils sont au chômage. Leur culture est différente de celle du pays qui les accueille. Une des principales causes de la violence qu’ils exercent pourrait s’expliquer comme suit. La négligence des valeurs morales par les composantes de la société occidentale et l’irrespect que les occidentaux manifestent contre n’importe quelle forme de hiérarchie font croire à ces jeunes qu’ils vivent en démocratie alors qu’en réalité cette liberté qui leur est donnée est une anarchie déguisée. Tous ces éléments réunis leur donnent envie de commettre des actes terroristes,

Ces jeunes étrangers sont naturalisés après un certain temps et au lieu de s’intégrer à la société, ils sont obligés de vivre dans des ghettos dans les grandes villes européennes. Ces ghettos sont interdits aux services de sécurité du pays qui les héberge. Les petits délinquants de ces quartiers à risques seront les futurs terroristes prêts à se venger d’une société qui les a toujours négligés. Tant qu’ils n’ont rien à perdre, ils sont capables de commettre les actes les plus odieux pour se faire remarquer et pour se défouler. La loi des clans y règne sans vergogne. Ces jeunes sont fichés et surveillés de près par les services de sécurité mais rien n’est fait pour atténuer leur haine de l’étranger et les intégrer petit à petit au pays hôte. Ils sont laissés à la merci de certains oulémas fanatiques qui nourrissent leur âme de haine vis-à-vis des anciens colonisateurs et les poussent au djihad.

Le djihad (littéralement « effort » de l’âme), est l’effort du croyant pour lutter contre les vices du caractère. Mais il se double désormais d’un djihad du corps, le combat pour Allah, véritable combat pour la supériorité de l’islam. Et dans ce cas bien précis, il s’agit pour ces islamistes bel et bien d’une guerre de religions. Ces fanatiques croient qu’ils défendent la religion musulmane alors qu’en fait ils en défigurent les enseignements.

Ils vont en Syrie dans l’intention de libérer le Moyen-Orient de ces nouveaux colonisateurs qui veulent dominer les populations autochtones. Quand la pression se fait forte, ils retournent en Europe pour y mener des actes de terrorisme. L’afflux des migrants vers l’Europe constitue un autre danger qu’il ne faut pas sous-estimer. Si ces migrants ne sont pas pris en charge par des organisations spécialisées et s’ils continuent de vivre en marge de la société, ils pourraient constituer dans un proche avenir des bombes à retardement.

De nos jours, l’apparition d’un néocolonialisme sauvage n’est pas pour faciliter les choses. En quoi consiste-t-il ? Le terme néocolonialisme désigne, à partir des années 1960, les diverses tentatives d’une ex-puissance coloniale de maintenir par tous les moyens sa domination commerciale, économique, financière et culturelle sur ses anciennes colonies après leur indépendance. Cette ex-puissance coloniale a pour principal objectif de mettre la main sur les matières premières des anciennes colonies. Ce néocolonialisme n’est pas sans rappeler le colonialisme traditionnel. Il déchaîne la haine.

Les guerres menées par l’Occident contre les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pour soi-disant y instaurer la démocratie est un gros mensonge. L’Occident cherche en réalité à dominer ses anciennes colonies et à mettre la main sur leurs richesses. A la guerre militaire s’ajoute une guerre économique et financière. Les prix du pétrole qui vont à la baisse fragilisent les pays producteurs de cette matière première et facilitent ainsi la domination des grandes puissances.

Le plus grave en la matière c’est le travail de sape des grandes puissances en vue d’instaurer une nouvelle carte géopolitique dans nos régions. Aucun pays ne serait épargné par cette nouvelle donne. Certains vont jusqu’à penser que le terrorisme est financé par ces anciennes colonies, riches en pétrole, qui ont peur pour leur avenir et qui se vengent des grandes puissances avec les moyens de bord. A la guerre menée contre leurs pays ils opposent une guerre sous une forme nouvelle appelée terrorisme. C’est donc une guerre totale qui se passe partout dans le monde.

Comment faire pour que cessent ces massacres gratuits ? C’est très simple. Il faudrait d’abord se mettre en tête que la violence n’engendre que la violence. Je voudrais rappeler ce que Jésus avait dit à un de ses disciples qui avait tiré son épée pour le protéger contre ceux qui avaient été envoyés pour l’arrêter: « Remets ton épée à sa place; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. » L’utilisation de la force aveugle n’est pas la meilleure solution.

A mon avis, il faudrait tout d’abord travailler pour convertir ces jeunes fanatiques contre les anciens colonisateurs en citoyens normaux ayant des droits et des devoirs. Il faudrait essayer de guérir ces malades mentaux en faisant appel à des psychiatres chevronnés pour faciliter leur intégration sociale. Il faudrait les respecter et leur faire sentir qu’ils peuvent être utiles à la société.

Bien qu’ils soient naturalisés pour la plupart, ils sont considérés comme des étrangers. Toute forme de racisme ou de discrimination ne peut que déclencher la haine et par conséquence la violence et le terrorisme. Ils ne devraient ni se sentir marginalisés ni abandonnés au bon vouloir de certains oulémas fanatiques qui appellent au djihad contre les infidèles. Il faudrait surtout contrôler les écoles islamistes pour empêcher ces oulémas d’embrigader les jeunes contre l’Occident. On ne devrait plus permettre que des injustices soient commises à leur égard. Ils doivent pouvoir vivre dans la dignité et dans le respect. Il faudrait enfin tarir les sources de financement de leurs organisations politico-militaires. C’est un travail de longue haleine qui est demandé et qui devrait être mené pour réduire à néant l’appel des fanatiques de tous bords.

Il faudrait aussi que cessent toutes les guerres menées contre des pays qui ne cherchent qu’à vivre en paix. Les grandes puissances doivent mettre fin à leur volonté de dominer leurs anciennes colonies. Elles devraient traiter d’égal à égal avec ces pays moins développés qu’elles. Elles devraient aussi participer à leur développement en tenant compte de leurs particularités sans oublier le respect de leurs croyances religieuses. Une nouvelle ère, fondée sur l’honnêteté et sur l’égalité, doit enfin s’instaurer dans les relations internationales entre tous les pays du monde.

C’est une vision utopique de l’avenir de l’humanité mais pourquoi ne pas essayer de la rendre réelle. Il suffit de changer les mentalités. Rien n’est impossible pour celui qui veut. Les guerres n’ont pas leur raison d’être. Le terrorisme non plus. Le terrorisme n’est-il pas une réaction à la guerre ? Les guerres ne sont-elles pas une forme déclarée de terrorisme ? Qu’est-ce que c’est que cette humanité où les êtres humains s’entretuent comme des animaux sauvages ? Que toute cette terreur de part et d’autre cesse pour le bien de l’humanité entière.

Samy Chaiban.