Ça suffit de faire subir à des populations entières sans le risque d’être dénoncé pour tant de souffrances au nom du pouvoir! La charte des Nations Unies a été signée pour protéger le monde et non pas fermer les yeux sur son assassinat! « Le texte est…un long processus..Ses grandes lignes ont été esquissées par les représentants de la Chine, des États-Unis, de la Grande Bretagne et de l’Union soviétique lors de la conférence de Dumbarton Oaks, du 21 août au 7 octobre 1944, afin d’organiser la sécurité collective après la Seconde Guerre mondiale »: Cependant jusqu’à ce jour, au Moyen Orient et en particulier l’Irak, la Syrie, le Liban, la Palestine occupée et plus particulièrement Gaza sous les bombes de terroristes volontairement méconnus ne reçoivent aucune sérieuse application de cette « sécurité » mais un terrible laisser faire ponctué de tractations diplomatiques sur des bains de sang. Vous favorisez d’abord la crédibilité de l’arrogance sioniste sur les citoyens arabes palestiniens morts en majorité!  « La Charte est l’instrument constitutif de l’.. (ONU).

Elle décrit ….le maintien de la paix et de la sécurité internationale »: Néanmoins, rien n’a été mis en place pour prévenir les foyers de conflits, de guerres civiles devenues sauvages, d’exterminations, de délocalisations ethniques et religieuses. Ils se développent au rythme d’exposer gravement les régions du monde au chaos par les déséquilibres géopolitiques de L’Afrique, du Moyen Orient et de l’Ukraine.. « La Déclaration universelle des droits de l’homme, ..le 10 décembre 1948.., -va concerner- l’attachement aux libertés fondamentales …de l’homme ..que des peuples (égalité des droits et droit à disposer d’eux-mêmes) »: Cependant, la pratique de votre « respectueuse » Assemblée marque l’irrespect flagrant des valeurs humaines pour les plus démunis. Il constitue le fond de « résolutions » clamées sans plus, au nom de l’égalité et de la souveraineté. « Néanmoins, pour préserver la souveraineté des États membres, la Charte proclame le principe de non-ingérence et interdit à l’Organisation d’intervenir dans des affaires …. d’un État. Lorsque leurs intérêts seront en jeu, les États ne manquerons d’invoquer avec vigueur cette notion de « compétence réservée».

Dramatiquement et pour des intérêts continus d’ordre énergétiques divers vos « intelligences multiples » sont toujours actives ailleurs et iront jusqu’à rompre même l’intimité de chefs de grandes puissances. Elles n’élèveront une voix unifiée que pour dénoncer les dysfonctionnements de tant de médiocres régimes pour s’approprier ensuite les conséquences de leurs chuttes, les réserves diverses et les plans de reconstructions. Évidemment celà se déroule  sous le faux couvert d’initier laborieusement de réelles démocraties! « Depuis les années 1990, le droit d’ingérence à finalité humanitaire est officiellement reconnu. » Qu’en a t-on fait à part des dénonciations verbales dissonantes ou stériles et du feu vert accordé tacitement à des belligérants par un énorme silence propice à la continuité des guerres au lieu d’un feu rouge inconditionnel et déterminé: Il serait alors la preuve d’actions coercitives sur le terrain sans de longs retards pour d’insuffisants acheminements humanitaires.

A vous messieurs, des moyennes et grandes puissances, avez vous respecté « selon la Charte -que- peuvent devenir membres de l’ONU tous les États pacifiques qui acceptent les obligations de la Charte. »? Sinon et pour toutes les dérogations au nom du droit des peuples à vivre en Paix et de la confiance mise en votre autorité « bienveillante » pour le présent et l’avenir du  monde, n’est-il pas cohérent et civilisé que les Nations Unies puissent comparaître à leur tour au Tribunal?

Joe Acoury.