Face au coronavirus, les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) ont publié un nouveau communiqué appelant la population à se confiner chez elle, rappelant la décision du conseil des Ministres adoptée le 15 mars dernier. Le commandant des FSI indique avoir débuté la mise en application de ces décisions, notant qu’une centaine de procès verbaux ont déjà été établis à l’encontre des contrevenants.

Aussi, les FSI invitent la population à rester chez elle, à éviter les moyens de transports en commun ou encore les rassemblements publics. Des poursuites judiciaires pourront être entamées à l’encontre des personnes violant le couvre-feu, avec des amendes voire des peines de 1 à 3 ans de prison, conformément à  l’article 604 du code pénal.

Celui qui a causé un manque de précaution, négligence ou non-respect des lois ou règlements dans la propagation d’une maladie humaine est passible d’une peine d’emprisonnement jusqu’à six mois. Si l’auteur a commis son acte alors qu’il est au courant sans vouloir dire la mort de personne, il est puni d’un an à trois ans ainsi qu’une amende « .
Article 604 du code pénal

Ces mesures exceptionnelles visant à réduire le risque de propagation du coronavirus COVID-19.

La décision du gouvernement intervient alors que de nombreux libanais n’ont pas respecté les consignes de confinement pour combattre l’épidémie, notamment à Tarik Jadideh, Ein Mreisseh à Beyrouth ou encore à Tripoli au Nord du Liban où la vie paraissait presque normale. Hier, le premier ministre a indiqué que 230 personnes ont été ainsi contaminées par le virus, la hausse la plus importante depuis son apparition au Liban, le 21 février 2020. Les autorités craignent ainsi d’être dépassées par l’épidémie.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.