Le Palais Présidentiel de Baabda (Liban)
Le Palais Présidentiel de Baabda (Liban)

La manière qui a été retenue pour mettre en avant la candidature de monsieur Sleiman Frangié a causé des effets mortels à tous les niveaux. La levée de boucliers au sein de la communauté chrétienne a sonné le glas des mouvements du 8 mars et du 14 mars. Un climat de suspicion règne à l’intérieur du 8 mars. Pourquoi ce choix a-t-il été fait par monsieur Saad Hariri, chef du 14 mars, mouvement opposé à celui du 8 mars? Que cache cette candidature appuyée par l’Arabie Séoudite, ennemie jurée de la Syrie, par la France et par les Etats-Unis mais rejetée par l’Iran et la Russie?

Pourquoi est-il demandé par les ténors du 8 mars au candidat Frangié de s’entendre avec le Général Aoun en vue de le pousser à se désister en sa faveur? Est-on sûr que le Général Aoun finira par accepter de se retirer en faveur de monsieur Frangié? Il n’en est aucunement question. Cette ambiance malsaine dans les milieux du 8 mars a entraîné l’ébranlement des assises de ce mouvement politique et peut-être sa mort prochaine en ce sens que des contradictions surgiront sûrement entre ses différentes composantes.

L’atmosphère au sein du 14 mars n’est pas meilleure. Certains de ses ténors se demandent pourquoi leur chef les a « trahis » en portant son choix sur un candidat proche ami du Président Bachar et fervent défenseur de la politique du Hezbollah, tous deux ennemis jurés de monsieur Hariri? Que cache ce choix? Est-il sérieux? Monsieur Hariri cherche-t-il à diviser le 8 mars? Une chose est certaine, monsieur Hariri a divisé le mouvement du 14 mars et a entraîné sa mort. Aucun des ténors chrétiens de ce mouvement n’appuie cette manière désinvolte et dictatoriale du choix fait par monsieur Hariri. Il y va de leur dignité. Docteur Samir Geagea envisagerait même d’appuyer le Général Aoun contre monsieur Sleiman. C’est dire combien les cartes sont embrouillées. Quant au parti Kataëb, il n’accepte aucun compromis qui s’opposerait à ses constantes nationales. Et que dire des indépendants chrétiens qui voient mal que personne ne les a consultés pour ce choix? Certains ténors maronites vont même jusqu’à menacer de remettre en question le système politique du Liban dans son intégralité.

En voulant diviser le 8 mars, monsieur Hariri a réussi à briser le 14 mars, à brûler la carte du candidat Frangié et à menacer la survie même du Liban en tant que pays uni, démocratique et souverain. La mort plane au-dessus des têtes de tout le monde, dans ce jeu machiavélique. Il est demandé à tous ceux qui se jouent du sort de notre patrie de se comporter en vrais responsables de notre destinée avant que cela ne soit trop tard. Est-ce trop leur demander?

Samy Chaiban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.