Un beau texte de Leïa Khalaf, partagé avec nos lecteurs il y a dix ans. Un appel, une prière, pour que Dieu bénisse ce Liban, toujours en proie aux afflictions et aux hostilités, mais qui envers et contre tout, résiste et renaît de ses cendres :

La forêt de cèdre est agressée,
Le feu l’a attaquée,
Plus folle que jamais, la foudre l’a dévastée,
Les plus jeunes arbres sont brûlés,
Des générations ont succombé,
Tant de massacres sont perpétrés !
Plus folle que jamais, l’horreur s’acharne,
Mais pourquoi, pourquoi celle-ci n’a pas d’âme…
Le cèdre pleure, souffre et s’enflamme,
Il lutte de toutes ses forces, de toutes ses entrailles !
Plus folle que jamais, la terreur s’installe,
Malgré tout, les pompiers sont toujours en cavale.
Nos enfants meurent, pitié quelle torpeur !
Notre forêt est en cendre venez vite nous délivrer !
Fichtre ! Osé espérer ? Mais ce sont des alliés !
Plus folle que jamais, elle tente de te déraciner,
Mon cèdre en hiver comme en été vert, tu es,
Robuste et fier, ton allure va de pair,
Résiste mon adoré, ce n’est pas ta seule épopée,
Survit, ton bouclier va nous sauver,
Car la voilà la forêt repeuplée, plus belle et scintillante que jamais !

Pour le Liban

Pour cette coïncidence importune ou cette malédiction commune,
Pour nos forêt défraîchies,
Pour nos ponts, tunnels et autoroutes détruits,
Pour nos maisons et infrastructures ruinées,
Pour nos ports et aéroports dévastés,
Pour notre mer délibérément polluée,
Pour ces petits traumatisés,
Pour nos villages délabrés,
Pour ce crépuscule mélancolique,
Pour ce dénouement tragique,
Pour nos montagnes, parcs et écoles surpeuplés,
Pour cet appel du muezzin mal accordé,
Pour les prières de cette nonne non exaucées,
Pour ces jeunes révoltés,
Pour ces farouches combattants,
Pour la croix rouge qui aide tant,
Pour ce passé qui ressurgit,
Pour nos cieux envahis,
Pour les chants d’oiseaux enfuis,
Pour notre été dérobé,
Pour ce pays de fête figé,
Pour notre fierté qui ne flanche jamais,
Pour ces expatriés impuissants,
Pour leurs larmes, prières et espoirs incessants,
Pour notre union sacrée,
Pour notre solidarité retrouvée,
Pour ce vieillard exténué,
Pour cette mère déchirée,
Pour tous ces réfugiés affamés,
Pour ce père impuissant qui les regarde s’en aller,
Pour cet orphelin miraculé,
Pour nos enfants exterminés,
Pour ces massacres perpétrés,
Pour ce Liban souffrant,
Pour notre cèdre sanglotant,
Pour toute cette averse de sang,
Pour ce désir d’avancer,
Pour cet espoir passionné,
Pour cette soif d’exister,
Pour ces bombes rythmées,
Pour toutes ces tortures et cette désinvolture,
Pour ces barbares, pour ces diables enragés,
Pour notre souffrance, pour ce malheur infligé, ne nous laissez pas tomber.
Pour ces crimes contre l’humanité punissez les.
Pour la Justice, morale universelle,
Pour que l’histoire ne se répète pas, le déni de Justice ne le commettez pas !

Par Leïa Khalaf