Pape (347 sur 363)

Une nouvelle jeunesse.

Quand Socrate a été condamné à boire la ciguë ;la raison clamée par l’état  concernait sa corruption de la jeunesse .
Cela présentait alors une crainte de la rendre libre de critiquer un état fort .

Censée refléter la remise en question des normes,le refus des faits accomplis et l’avant garde d’une pensée réfléchie, l’action des jeunes semble aujourd’hui  comme retranchée . Elle souffre de l’inertie des choses construites selon des structures archaïques :Là où les héritages socio- familiaux engendrent les représentants de politiques issues d’un tableau  générationnel fixé d’avance.

Elle demeure une énigme que l’on associe tantôt aux veilleurs qui trainent de cafés en boîtes , insouciants du lendemain , à ceux qui pris par un contexte donné consacrent  du temps à « bosser »et/où à suivre les rituels de familles engagées  de maintenir la flamme d’une vision d’avenir ou à bien d’autres qui travaillent pour survivre difficilement au jour le jour avec pour but principal: subvenir aux besoins individuels et familiaux .

Il y a pourtant une étincelle commune propre à ce monde de la controverse intelligente, ce nerf du souffle mental où la qualité  du brut , pur produit de l’âge non poli qui manque énormément à notre identité et dynamique sociale .

On est peut-être bien loin du questionnement attentif du jeune qui cherche à découvrir comme du temps de Périclès  les astuces de l’expérience et de la sagesse afin que la liberté de l’esprit étoffe l’élan pour faire évoluer la dimension individuelle au service du bien commun.

Cependant on se rapproche d’avantage des cogitations personnelles axées sur les réponses décevantes reçues sur le terrain et qui font qu’une certaine jeunesse se  considère non concernée par l’état de notre pays car non responsable.

Cependant à elle je confie que malgré toutes les manigances, les combines,les sous entendus,les intérêts à préserver, les vieilles formules politiques huilées à chaque tour d’événement, seule votre impulsion de réviser le faux pour installer le justement correct peut répandre cette brise de fraîcheur et d’honnêteté indispensable au miroir qui dénonce .Vous marquez cette différence du propre.

Sauvez justement  Socrate  qui  a initié les fidèles de l’agora, ses disciples, à l’esprit critique.
Ils ont découvert  la liberté à travers  l’expression d’une pensée libre, non corrompue.

Une leçon qui a tant besoin d’être apprise et appliquée chez nous pour servir de modèle à la cité .

Joe Acoury
Gestalt thérapeute.