Le Président de la Chambre Nabih Berri a répondu, dans les colonnes du quotidien As Safir, aux propos de l’ancien premier ministre Saad Hariri, qui avait accusé, ce lundi devant les membres du Courant du Futur, la Résistance, surnom de la branche militaire du Hezbollah, d' »empoisonner la mémoire des martyrs de la révolution des cèdres et de la résistance contre Israël« , estimant que sans ses armes à la frontière avec l’état hébreux, la capitale libanaise Beyrouth serait tombée dans les mains d’Israël.

« Ceci est exactement ce qui s’est passé en 1982″, a estimé Nabih Berri, rappelant les batailles de Khaldé et le retrait des troupes israéliennes qui en a été suivi. Il poursuit, indiquant que la Résistance face à l’état hébreux se poursuivra jusqu’au retrait des fermes de Shébaa, des colinnes de Kfarchouba et de la partie libanaise de Ghajar, invitant l’ancien premier ministre aujourd’hui par intérim  » de vivre aux coté des sudistes, au lieu de faire des déclarations.

Nabih Berri a également invité les membres de la coalition sortante du 14 Mars a résidé pour quelques jours dans la localité frontalière de Yaroun afin de constater sur place les violations et les vexations faites par Israël à l’encontre de la population libanaise.

2 COMMENTAIRES

  1. Berri ne sait pas à quel point il devrait remercier Geagea :
    en effet, ce n’est que lors d’un délire des FL de Geagea en 1990 qui ont retourné leurs armes contre l’armée libanaise que celle-ci a été anéantie. Et le Liban livré aux démons. Le Liban, ses richesses, ses libanais et ses libanaises aux syriens. Et ses armes au Hezbollah ! Pour le plus grand plaisir de notre Berri.

Comments are closed.