En dépit de la publication par la banque du Liban de la circulaire 530 portant sur l’accès à l’échange de livres libanaises contre des dollars américains pour certaines industries dont les importateur d’essence, de farine ou encore de médicaments, c’est au tour des minotiers de faire craindre à une pénurie de pain. Ils accuseraient ainsi les banques de ne pas avoir les liquidités suffisantes pour leur permettre l’achat de farine.

Selon le syndicat des propriétaires de moulins à blés, les mesures de la Banque Centrale se révèleraient insuffisantes et inadéquates. Ils ont également révélé que les banques libanaises continueraient de refuser à leurs fournir des dollars nécessaires à l’achat des matières premières.

Le syndicat rappelle que les boulangers honorent leurs paiements aux moulins en livre libanaise et que ces derniers devraient être dans la capacité de les échanger en dollars pour pouvoir poursuivre leurs activités.

Ils lancent également une mise en garde aux autorités, faute de dispositions pratiques en leur faveur, les propriétaires de moulins ont été contraints de prendre certaines décisions sans toutefois les spécifier.

Ils ont appelé par conséquent le gouvernement à trouver une solution pour ce secteur d’activité, rappelant par ailleurs que les stocks de farine dont ils disposent ont à nouveau baissé à des niveaux alarmants et ne seraient plus que d’un mois de consommation.

Pour rappel, la crise des dollars a débuté suite au refus des banques à échanger des livres libanaises contre des dollars au taux officiel de 1507 LL/USD. Les importateurs ont été, par conséquent, obligés de recourir aux services de changeurs à des taux plus importants, allant même jusqu’à 1650 LL/USD, il y a de cela 2 semaines. Cette situation intervient sur fond de craintes de dévaluation de la livre libanaise suite aux dégradations des notes des obligations libanaises sur les marchés internationaux et la poursuite de l’augmentation des déficits publics qui atteignent plus de 150% du PIB.

Suite aux menaces de grève générale des minotiers mais également des stations essence, les autorités libanaises ont demandé à la Banque de Liban de mettre en place un mécanisme facilitant l’achat par ces derniers de dollars américains. Il s’agit de la circulaire 530 dont certains experts redoutent l’impact sur les réserves monétaires. Le Liban étant un pays largement importateur, cette dernière devrait donc transférer près de 4 milliards de dollars annuellement pour financer ces achats.

Pour sa part, le gouverneur de la Banque du Liban continue à réfuter toute pénurie de dollars sur le marché.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.