La Banque du Liban a publié ce mardi 1er octobre, la circulaire 530 concernant la mise à disposition de devises étrangères pour les commerces et entreprises important des marchandises essentielles. Sont concernés, les importateurs d’essence, de farine et de blé ou encore de médicaments.

Cette circulaire ne concerne en effet pas les autres secteurs d’activité.

Selon les experts, la Banque du Liban pourrait garantir jusqu’à 4 milliards de dollars, provoquant les craintes de voir les réserves monétaires de la Banque Centrale être négativement impactées par cette mesure.

Pour rappel, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, avait indiqué hier à l’issue d’une réunion avec le Président de la République, le Général Michel Aoun, qu’il publiera cette circulaire visant à faciliter les transactions en dollars américains, alors que de nombreux commerces se sont plaints du refus qui leur a été fait par les Banques de leur fournir les fameux billets verts au taux de change officiel, soit à 1507 LL pour 1 dollar. Face à ce refus, ils ont dû recourir aux services de changeurs à un taux largement supérieur, allant même jusqu’à 1650 LL pour 1 dollar. Cette situation intervient sur fond de craintes de dévaluation de la livre libanaise suite aux dégradations des notes des obligations libanaises sur les marchés internationaux et la poursuite de l’augmentation des déficits publics qui atteignent plus de 150% du PIB.

Selon le texte de la circulaire qui amende “la décision fondamentale” n ° 7144 du 30 octobre 1998 concernant la politique des crédits, sont exclusivement concernés l’importation de produits pétroliers (essence, gaz, gaz), de blé ou de médicaments. La Banque du Liban assurera sous condition la valeur de ces crédits en dollars américains. Il s’agira de crédit à titre spéciaux et de soumettre une copie des documents relatifs à chaque dossier d’accréditation transmis par la banque, au titre de son client, qui en fera la demande auprès de la Direction des pièces et opérations extérieures de la Banque du Liban.

La somme sera alors déposée sur un compte spécial pour chaque lettre d’accréditation et ce à la date d’ouverture officielle du crédit.

Les taux d’intérêts sur les sommes seront conforment au barème des intérêts applicable à la Banque du Liban qui en assumera le versement.

De leur côté, les banques devront s’assurer que les conditions requises soient respectées par leur clientèle sous peine de faire face à certaines pénalités ou à d’autres mesures.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.