A regarder la carte du monde, le point du Liban se distingue de bien d’autres. En observant des Nations plus éloignés, on peut confirmer la déliquescence continue de son semblant de « démocratie ». Une existence embryonnaire de citoyenneté transparaît difficilement mais sûrement en marge du débordement néfaste des faux politiciens, viscéralement attirés et orientés vers les donnes étrangères. Les abus aberrants de leurs comportements éclaboussent la constitution et le citoyen sans réserve. A écouter les pays occidentaux « amis » du pays des Cèdres, notre territoire serait menacé constamment par ses mésententes, la perméabilité aux conflits et la crise persistante d’identité nationale parmi ses composantes. A lire le silence des « frères » arabes et la modération des perses ont déduit que Loubnan est un de ces coins stratégique du Moyen Orient où va continuer de transiter leurs désaccords parmi de ponctuelles tempérances.

A étudier attentivement le cours des événements en Syrie,  selon Jeffrey Goldberg, -lors d’un interview accordé annuellement à la Maison Blanche par mr Obama-nous sommes dans un processus de la politique américaine qui privilégie encore la solution non militaire. Le citoyen arabe est alors plus que jamais concerné pour réagir, évaluer la gravité de ce qui se passe et pour proposer la coordination de ses propres défenses politiques autant que militaires. Il aurait surtout besoin de dégager et de concilier les valeurs non conflictuelles: Celles qu’on tracés les bédouins de la péninsule arabique pour prémunir les rituels des règles de l’improvisation et des « normes » de la sédentarité. Les repères familiaux consacreraient-ils au Moyen Orient le dernier statut de la bienséance? La mémoire collective de nos meilleurs crus pourrait elle se transmettre à tant de libanais agités pour un véritable passage à l’âge adulte? Le présent familial semble devenir le dernier bastion de l’individu pour grandir de ses douleurs passées et éviter les impasses actuelles. Dans ces critiques circonstances que nous vivons tous, du citoyen au responsable, l’irresponsabilité jusqu’à l’inconscience de grands enfants rappellent t-elles l’engagement avorté de tant d’immatures parents?

Joe Acoury.