Après avoir décrit le Liban comme étant un pays isolé du monde entier hier, le Patriarche Maronite s’est rendu auprès du Président de la République, le Général Michel Aoun, au Palais Présidentiel de Baabda.

Le dignitaire religieux répondait ainsi à la fois à la menace posée par la réglementation américaine CAESAR Act qui menace de sanctions économiques toutes personnes, entités ou états menant des affaires avec la Syrie d’une part et l’appel à l’ouverture à l’est, Syrie, Iran, jusqu’à la Chine par le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah et la controverse qui s’est ainsi emparée du Liban.

À l’issue de la réunion, le Patriarche Maronite Béchara Boutros Rahi s’est exprimé, indiquant que le chef de l’état a présenté son projet de création d’une Académie humaine pour le dialogue et les rencontres, déjà proposé et adoptée par l’Assemblée Générale de l’ONU.

Le Président de la République a ainsi répondu que la fondation de ce projet est lié à la neutralité du Liban, pays de dialogue et donc répondant à l’exigence de neutralité du Prélat Maronite.

Il s’agit, indique le Patriarche, d’une neutralité visant à s’engager sur les questions arabes sans entrer dans des conflits politiques ou militaires, sans entrer dans des alliances mais être le premier défenseur de la justice, de la paix et de la compréhension des questions arabes et internationales à l’exception de la question israélienne.

La neutralité induit un état et une armée forte, souligne le patriarche qui souligne qu’en la matière, le Président de la République le Général Michel Aoun en a été l’un des premiers défendeurs.

Le chef de l’église maronite a également dénoncé “les nombreux problèmes et les interventions externes” qui touchent le Liban ainsi que le transferts de sommes à l’étranger.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.