Un rapport de Fitch Solutions indique que le travailleur libanais n’est pas compétitif sur le plan régional. Ainsi le Liban est classé au 8ème rang sur 18 pays avec un score de 53 points sur 100 seulement. Il est devancé par les Pays du Golfe ou encore la Jordanie.

Sont en cause, les risques inhérent au monde du travail au Liban, notamment le fait que de nombreux jeunes diplômés quittent le pays, de faibles dépenses pour éduquer les jeunes ou encore l’afflux des réfugiés qui entre en concurrence avec la main d’oeuvre locale

Le rapport note également une faible participation des femmes au marché de l’emploi ou encore les réglementations empêchant les réfugiés d’entrer légalement sur le marché du travail.

Parmi les points positifs, l’absence de réglementations onéreuses et les faibles coûts liés à l’embauche et au licenciement de travailleurs locaux.

Fitch Solution estime que le coût de la main d’oeuvre locale reste élevée.

En particulier, le salaire minimum et les cotisations obligatoires de sécurité sociale augmenteront les coûts opérationnels directs sans fournir une augmentation correspondante significative de la productivité, compte tenu des lacunes de compétences pertinentes sur le marché

Le Liban fait également face à un certain nombre de défis, notamment sécuritaires, qui amènent les entreprises à prendre en considération, exigences de rémunération supplémentaires afin d’attirer des travailleurs qualifiés étrangers.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français