Photo_LNews


Lorsque qu’une personne peut vous faire voir que ce monde est encore beau et merveilleux malgré les misères et les douleurs qui semblent le dominer, vous avez tout intérêt à la garder dans votre cercle d’amis les plus proches
(Auteur inconnu)


J’ai toujours aimé l’expression « Être une personne d’exception » ou mieux encore « Une telle est une personne d’exception ».

Avez-vous jamais rencontré une telle personne au cours des 12 derniers mois ? Je peux vous assurer que oui, vous en avez rencontrées de ces personnes qui dans un quotidien, en pleine mouvance, se démarquent du lot et nous offrent ces choses magnifiques pour lesquelles il a fallu quelqu’un pour les rendre possibles.

Une personne d’exception en ce 21ème siècle, n’est pas uniquement celle qui fait la une des quotidiens, ou les nouvelles de l’information audiovisuelle, voire même qui fait courir des milliers de personnes pour l’entendre parler! Certes il y en a de ces personnes qui méritent cette reconnaissance, ces personnes qui savent nous apporter ce petit quelque chose de positif dans nos vies. Disons-le sans diminuer leur mérite, qu’elles ont en fait leur métier d’être des personnes d’exception!

Il y a ces autres personnes, celles qui ont ce mérite d’agir et de changer la face du monde en silence. Ces personnes dont on ne parle pas souvent et pourtant elles se trouvent beaucoup plus proches de nous, en fait nous les croisons dans notre quotidien. Les nommer serait une longue liste, trop longue, mais pensons simplement aux personnes de la santé qui prennent soin des malades, des enseignantes et enseignants auprès de leurs élèves, des parents, ne les oublions pas surtout, car bien plus tard on parle d’eux comme des personnes d’exception alors que l’on regrette de ne leur avoir pas dit cela de leur vivant…

J’ai le privilège de côtoyer chaque jour des gens de différentes provenances qui vivent ici dans mon monde proche mais qui se trouvent à des heures de décalage horaire, des gens qui parlent à peine ma propre langue qui connaissent si peu ma culture et moi la leur, des personnes de différents milieux professionnels, des gens de carrière, des politiciennes et politiciens, des chercheurs, des gens de finances, des gens de tous les jours des gens comme vous et moi. Nous avons un point commun, lorsque toutes les choses superficielles se sont effacées, ne reste entre nous que cet essentiel : notre richesse profondément humaine, faite de sensibilité, d’empathie, de compassion. Nous avons tous, un lien qui nous unit, qu’importent les croyances, les us et coutumes, nous avons tous ce point commun : la profonde perception que nous sommes issus d’une même provenance.

Si on ose penser de la sorte, il nous faut aussi oser de l’affirmer devant nos semblables et cesser de penser des choses que l’on ne dit pas parce que cela nous vaudrait critiques et jugements.

Loin de moi l’idée d’être simpliste ou rêveur, les problèmes que nous endurons, nous servent d’excuse pour ne plus penser comment nous pourrions agir en ce sens, c’est alors que nous classons, trions, rejetons, critiquons et jugeons; ceci ne serait-il pas un renoncement de notre valeur la plus merveilleuse : celle d’être des humains?

J’ai commencé un cours (en ligne) d’introduction au monde de la linguistique intitulé « Les miracles du langage humain » (V.o. anglaise de Miracles of Human Language – An Introduction to lignuistics). On y voit l’histoire du genre humain, de sa proximité sociale et géographique à travers le langage, les langues et la manière de communiquer. Si l’on use d’une langue c’est parce que nous avons besoin de communiquer, si nous avons besoin de communiquer c’est parce que nous ne serions pas arrivés aujourd’hui à penser et être ce que nous sommes. Un des professeurs disait dans un de ses cours, « Si tu n’écrits pas à propos de ce que tu es, personne ne se souviendra de toi! » (La traduction est approximative, mais l’essence est là!)

Nous écrivons notre histoire à travers notre vécu qu’il soit personnel ou collectif, ce qui nous porte à connaitre les autres qui vivent avec nous, que nous faut-il de plus pour les regarder d’un œil différent, cet œil qui reconnaisse en eux leur présence d’exception dans notre monde ?

Apprécions les personnes qui occasionnent en nous un sentiment de satisfaction, un préposé au support technique qui nous a aidé à faire fonctionner notre ordinateur, une préposée qui nous a aidé à régler une erreur dans nos comptes financiers, la personne qui nous tend notre café en nous souhaitant dans un sourire une bonne journée… Nous les avons sous les yeux ces personnes d’exception.

Recommander une personne pour un mérite ou une réalisation est pratique assez courante au bureau, du moins c’est ce qui se faisait à mon dernier emploi, je trouvais l’idée fort géniale car cela me poussait à regarder mes collègue avec un regard autrement différent, bien entendu je ne faisais pas la chasse aux gestes extraordinaires, mais me trouvait plus attentif qu’impatient, plus ouvert d’esprit que critique, plus empathique qu’autoritaire, les choses allaient-elles mieux ? Oui bien entendu, même si nous ne changions pas la face du monde, nous y contribuions!

Pourquoi ne ferions-nous pas notre top 10 de nos personnes d’exception ? L’essai en vaudrait la peine, ne serait-ce qu’une fois, et qui sait si vous ne seriez pas vous aussi dans le top 10 de quelqu’un d’autre ?

À la prochaine,

Michel – © 2015