Le directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri, Firas el Abiad, a mis en garde ce mardi contre une augmentation des taux de virus après les fêtes de fin d’année, cela en raison « d’une décision délibérée de certains de donner la priorité aux avantages économiques à court terme ou aux plaisirs de courte durée, plutôt qu’à la sécurité publique »

Le responsable hospitalier est également intervenu en soutien au secteur, s’interrogeant sur les demandes des autorités libanaises à augmenter les capacités médicales du privé sans être honorés à temps.

Il s’en est également pris à une partie de la population accusée de se comporter de manière imprudente alors que le nombre de cas devrait être en forte hausse après les fêtes de Noël, en attendant la campagne de vaccination qui devrait débuter mi-février. Les vaccins devraient d’abord être attribués aux travailleurs de la santé publique, aux patients âgés et aux personnes à risque, rappelle Firas el Abiad qui regrette cependant qu’une partie d’entre eux ont toujours un comportement à risque.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.