Suite aux incidents qui ont actuellement lieu entre Forces de Sécurité Intérieure, Brigade anti émeute et manifestants au centre ville de Beyrouth où plusieurs marches convergeaient vers le parlement, la Croix Rouge Libanaise indique que 30 personnes ont été conduites dans des hôpitaux et 45 personnes traitées sur place, selon un bilan pour l’heure toujours provisoire.

Ces incidents interviennent au 93ème jour des manifestations qui avaient débuté dans la nuit du 17 au 18 octobre 2019.

Des incidents ont éclaté quand les manifestants ont tenté de franchir le périmètre de sécurité installé par les Forces de l’Ordre qui ont répliqué d’abord en utilisant des camions à eau puis des gaz lacrymogènes. Les altercations entre manifestants et forces de l’ordre se sont propagées à la place Riad el Solh et la place des Martyrs où l’air est fortement chargée en gaz lacrymogène qui indisposent de nombreuses personnes présentes.

Un communiqué des Forces de Sécurité Intérieure (FSI) a précédemment appelé “les manifestants pacifiques” à se retirer des lieux afin de permettre aux forces anti-émeutes de se déployer.

Ces marches visaient à dénoncer la classe politique accusée de corruption et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-faillite financière symbolisée par l’instauration d’un contrôle des changes par l’association des banques du Liban ou encore la dévaluation non officielle de la livre libanaise, dévaluation qui atteindrait 60 de sa valeur précédent la crise économique.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.