Le Parlement a approuvé, ce mercredi 6 mars 2019, un projet de loi visant à permettre aux autorités de souscrire des prêts en devise étrangère qui pourraient être utilisés à cet effet.

Une grande partie des sommes empruntées devrait servir à payer les intérêts de la dette publique actuels, pour un équivalent de 4,8 Milliards de dollars, faute de quoi le Liban serait considéré comme étant en défaut de paiement, un risque déjà souligné dans différents rapports économiques et pris en compte par les agences de notation.

Cette information intervient alors que le Qatar aurait acheté pour 500 millions de dollars en obligations libanaises. Est également attendu, un nouveau achat de bonds du trésor libanais par l’Arabie Saoudite. Son montant est pour l’heure non précisé.

Ces sommes, pour l’heure, servent à financer l’état pour seulement les 12 prochains mois, faute de quoi un nouveau risque de shutdown des finances publiques pourrait se poser.

Pour rappel, le déficit public atteint désormais 150% du PIB, soit le 3ème plus haut au Monde. Le Liban s’est engagé à diminuer cet endettement public lors de la conférence d’aide qui s’était déroulé à Paris en mai 2018. Ainsi, l’état devrait diminuer ses subventions à l’Electricité du Liban et aussi privatiser certaines des entreprises publiques dont celui des télécoms.

Voir également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

1 COMMENTAIRE

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.