Le Président Béchara el Khoury à l'indépendance du Liban
Le Président Béchara el Khoury à l’indépendance du Liban

On confirme depuis la fausse indépendance de notre République en 1943 la révélation continue de prétendus citoyens et de faux responsables par « l’indispensable » adhérence aux politiques contradictoires sous le pretexte des allégeances multiples. Cependant, la raison de notre arrivée en Août 2015 aux résultats du vide et du noir, relève la part immature des gens. Ils demeurent dramatiquement en marge du monde des adultes sans une identité assumée au service de leur comportement pour la nation. On parle incessamment de vouloir le changement tant promis, sans daigner égratigner la part intime qui nous blesse. Elle couve gravement des erreures innombrables, nourries de la culture des méfiances et transformées en néfastes désinvoltures. Non, citoyen, tu le sais sans vouloir en tenir compte: La Chrétienté et l’Islam ne peuvent tromper Dieu en prétendant délaisser la terre sainte du Liban.

Il t’a offert ce  joyau historique propice à la coexistence non pour t’en méfier continuellement et t’allier aux refuges extérieures mais pour exercer la vrai mission de ta foi. Celle de construire les liens d’une coexistence véritable pour Lui plaire. Soyons fidèles à nos  convictions et croyances pour convenir au Tout puissant d’abord. Pour mériter sa confiance ne parions plus sur le pouvoir des uns contre les autres. Nous avons consacré  les consciences collectives cloisonnées au lieu de s’atteler à réfléchir ouvertement et activement à ce qui nous ressemble également par les erreures suivantes: La dépendance aux non libanais, la distanciation, l’accusation de défendre des différences importantes et la condamnation des comportements non semblables.

Oui, nos points communs sont les faiblesses cuisantes qui appartiennent à nos arrogances. Elles emprisonnement nos entêtements suicidaires et le don accordé par Dieu pour exercer une réelle miséricorde. Cependant, il est  difficile de tomber plus bas à l’échelle individuelle et communautaire quand les ordures embarassent tout libanais jusqu »à l’étouffer. C’est dans le linge sale et insupportable que se trouve peut être en famille la seule solution. Son prix sera d’admettre que nous avons tous bien tort de tirer chacun de son côté pour finalement devoir souffrir ensemble de l’orgueil stérile. Considérons enfin autrement l’urgence par le  mea culpa de la dernière chance.

Joe Acoury