Le Grand Sérail, crédit photo: Marie Josée Rizkallah
Le Grand Sérail, crédit photo: Marie Josée Rizkallah

Casper !

Le 36ème d’un gratte ciel. De loin,un seul étage éclairé.Le salon aux lumières tamisées accueille une poignée de dirigeants du monde .

De là , des hommes discutent et disposent du sort de l’humanité . Les risques de séismes; politiques,économiques ,militaires ,environnementaux pèsent lourd. Les perspectives de sérénité mondiale chutent au plus bas…la bourse aussi.

Batman vieillissant, observe de sa tour, transpire d’impuissance : il est au chômage technique et ne vole que dans ses vieilles revues : noir sur blanc .Il semble que le mystère de la transparence fait mieux… avec moins de dégâts… en silence.

Depuis plusieurs jours déjà,   les meilleurs cigares dégagent le nuage d’un possible cauchemar . La valse des cendriers continue. Ils se vident un instant pour se remplir de suite des mégots cubains.
Les gorges imbibées d’un cognac hors d’âge ont soif.  Les mots qu’on n’arrive pas à exprimer semblent prédire l’explosion de guerres, de crises économiques et de catastrophes naturelles.

Soudain, insensiblement, un bienheureux, subtile fantôme se faufile et pénètre le lieu ainsi que le corps de chaque participants. A un moment décisif les chefs d’états, transformés, découvrent un règlement subit .
Un vrai coup de cœur à l’esprit. Celui qui fait culbuter le sort des discussions en une étrange toccate solennelle de Bach et déjà : Les prémisses de la nouvelle courent les rues,zigzaguent les quartiers et pénètrent les marches du « Day », ce journal que Humphrey Bogardt dirige pour le dernier soir avant le lever du jour.

La presse marche plein tube pour imprimer … ce solennel élan de fratrie entre les nations qui sonne le glas !

« Nous , nations désunies on a décidé de s’entendre. On veut bannir toutes les armes; conventionnelles et nucléaires du beau visage de la terre et proclamer que tout territoire vierge  sera organisé pour accueillir les populations démunies qui le souhaitent sans discrimination  ! »

Les feux d’artifices illuminent le ciel. D’un coin de Lune Casper sourit,la tête entre les mains. Il regarde ce gros rond qui tourne et se réjouit d’avoir sauvé encore une fois la planète et le genre humain de la fragilité de certains adultes .

Joe Acoury.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.