Capture d’écran du SMS envoyé par le Consulat de France à Beyrouth appelant à la prudence suite aux manifestations qui ont actuellement lieu à Beyrouth.
Capture d’écran du SMS envoyé par le Consulat de France à Beyrouth appelant à la prudence suite aux manifestations qui ont actuellement lieu à Beyrouth.

Le Consulat général de France à Beyrouth a appelé les ressortissants français présents au Liban à la prudence ce matin en raison des manifestations qui ont lieu depuis ce samedi.

« Chers compatriotes, en raison des évènements au Centre-ville de Beyrouth, veuillez vous tenir à l’écart des lieux de rassemblement », peut-on lire dans le SMS signé par la Consule Générale

Ces manifestations à l’appel du collectif #Youstink, qu’on peut traduire par « TuPues » ont commencé par la dénonciation de l’accumulation des ordures dans les rues de la capitale libanaise et du Mont Liban depuis l’expiration du contrat liant l’Etat à Sukleen, le 15 juillet dernier. Le mouvement a fini par symbolisé le rejet par la population libanaise d’un système politique décrit comme corrompu. A l’origine pacifiques, les manifestations ont dégénéré suite à l’intrusion parmi les sympathisants de casseurs, dit-on, liés à certains partis politiques et à certains intérêts politiques, qui viseraient, selon certaines sources à profiter des heurs afin de favoriser ces derniers dans les appels d’offres publiés par les autorités libanaises visant à résoudre la problématique du ramassage des ordures. Selon les bilans disponibles, les incidents qui se sont déroulés à proximité immédiate du Grand Sérail auraient fait plus d’une centaine de blessés parmi les forces de l’ordre ainsi que du côté des casseurs, dont un serait grièvement blessé.

Le gouvernement libanais a décidé hier d’annuler ces appels d’offres en raison des prix jugés excessifs présentés par les sociétés candidates dont certains propriétaires sont des proches de personnalités politiques de premier plan. Les autorités libanaises ont décidé de créer par ailleurs, une nouvelle décharge temporaire pour les 3 années à venir au Akkar, région du Nord Liban, afin de remplacer la décharge de Nammeh, fermée depuis le 17 juillet dernier.

Comments are closed.