Et pourtant elle roule … comme le Liban tente encore de rouler

78
Moins d'une minute de lecture

L’heure est à soigner les victimes, à panser les plaies d’une capitale, d’un coeur d’un pays ravagé par l’explosion du 4 août 2020.

Rappelant les heures sombres de la guerre civile, on voit déjà dans nos rues des voitures devenues épaves rouler pourtant, comme ce pays, meurtri mais toujours vivant, qui tente tout de même de poursuivre sa route, espérons vers un avenir meilleur.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français