A la mémoire de la journaliste palestinienne, Shireen Abu Akleh, tuée de sang froid par un soldat sioniste.

Cela ne fait plus aucun doute, la guerre que la Russie mène en Ukraine a un double objectif. Le premier est de contenir le monde occidental avec sa branche armée, l’OTAN, loin de l’Ukraine et de l’Eurasie. Le second est d’ouvrir un nouvel espace politique à l’échelle mondiale pour un nouveau modèle de coopération économique, échappant à la main mise du FMI et de la Banque Mondiale. C’est à dire aux Etats-unis.

Cette confrontation, en apparence, limitée dans l’espace, s’ajoute à deux autres points de confrontation géostratégiques. Pour le moment, encore sous forme de guerre froide.

Une deuxième guerre froide dont l’intensité est mesurée par deux faits: le bombardement symbolique de Kiev pendant la visite du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres et le survol de la mer du Japon par des bombardiers russes et chinois durant la visite à Tokyo du Président américain, Joe Biden.

Le premier point de la confrontation: la Chine

 En tournée au Japon, le président américain, Joe Biden, fait un lien entre l’UKraine et Taïwan en déclarant qu’ « il ne s’agit pas seulement de l’Ukraine…Si les sanctions n’étaient pas maintenues à de nombreux égards, alors quel signal cela enverrait-il à la Chine sur le coût d’une tentative de prise de Taïwan par la force?» Tout en ajoutant que la Chine «flirte avec le danger.»

Afin de préciser la stratégie de l’administration américaine sous J. Biden concernant la Chine, le Secrétaire d’État Antony Blinken a fait un long exposé, le 26 mai, où il précise que «la Chine est le seul pays qui a, à la fois l’intention de remodeler l’ordre international et de plus en plus les moyens de le faire sur les plans économique, diplomatique, militaire et technologique.» (1)Tout en soulignant que les Etats-unis et la Chine devraient faire face à des défis communs tels que la pandémie de coronavirus et la crise climatique. La Chine a répondu sans détour: «les Etats-unis payeraient un prix insupportable s’ils continuaient  sur la mauvaise voie.» (2)

Tensions diplomatiques dans un décor de grandes manœuvres militaires avec comme acteurs, le Japon, la France et le chef suprême, les Etats-unis.

Deuxième point de la confontation: l’Iran et la Résistance libanaise

Au Moyen-Orient, le scénario est identique. En effet, l’armée d’occupation de la Palestine va simuler une frappe de cibles éloignées des frontières d’Israël en déployant un grand nombre d’avions sur différents fronts dans le cadre d’un vaste exercice baptisé «Chariots de feu». Avec la participation des forces militaires américaines, notamment, aériennes.

Cible: l’Iran et la Résistance arabe.

Comme en Asie, les manœuvres militaires sont précédées ou accompagnées de discours diplomatiques s’appuyant sur le droit international.

Dans son intervention du 26 mai 2022 à l’Université de Georgetown devant un parterre de diplomates, le Secrétaire d’Etat J.Blinken a cité plusieurs fois: le droit international, la souveraineté des Etats, l’autordétermination des peuples, les droits de l’homme…

Bref , dans l’exposé de J.Blinken, Russie, Chine, Iran étaient à l’ordre du jour mais point la puissance occupante de la Palestine.

Allant dans le même sens, un mois plus tôt, le représentant spécial de l’Union européenne pour le processus de paix au Proche-Orient, Sven Koopmans, fut reçu par le président libanais Michel Aoun. Ce dernier est allé droit au but en soulignant que, d’une part, « le Liban soutient toute initiative européenne visant à relancer le processus de paix sur la base de l’initiative du sommet arabe de paix de Beyrouth de 2002 » (3) et que, d’autre part, « toute solution durable commence par mettre fin aux souffrances du peuple palestinien frère qui durent depuis 74 ans.Une fin juste, durable, globale et fondée sur le principe de deux États et la mise en œuvre des résolutions de la légitimité internationale. » (3)

Pour l’envoyé spécial Sven Koopmans, le président libanais était hors sujet puisqu’il est porteur de la clef pour sortir le Liban de la crise financière et sociale. Et de marteler que «les libanais n’ont plus aucune solution pratique sans aide extérieure européenne et américaine.» (4)

Et cette aide ne peut être fournie sans une adhésion du Liban au processus de paix au Moyen-orient. C’est à dire, normalisation avec l’Etat d’Israël avec comme condition première, le désarmement de la résistance libanaise, le Hezbollah. En deux mots: isoler l’Iran.

En effet, pour le premier ministre de l’Etat sioniste,Naftali Bennett:«pendant des années, le régime iranien a employé la terreur contre Israël et la région par l’intermédiaire de ses émissaires, mais la tête de la pieuvre, l’Iran lui-même, a bénéficié d’une sorte d’immunité.» (5)

A n’en pas douter, pour l’impérialisme occidental et l’Etat sioniste:«la période d’immunité du régime iranien est terminée.»  (5)

Bref, ce 26 mai 2022 à l’Université de Georgetown, A.Blinken a donné une définition de ce qu’est et devrait être le rôle, dans les relations internationales, des Etats-unis, de l’Union Européenne (UE) et, en arrière plan, de l’Etat d’Israël: le bon, la brute et le truand!

L’Autorité nationale palestinienne (ANP): oublier le conte des mille et une nuits

Les forces sionistes continuent la colonisation de la Palestine en cohérence avec l’idéologie sioniste conçue au Congrès de Bâle en 1897 avec le soutien des puissances coloniales de l’époque. Des puissances coloniales qui, aujourd’hui, agissent sous l’étendard des droits de l’homme et de la responsabilité de protéger… Mille et une résolutions que l’U.E et les Etats-unis refusent d’appliquer à l’entité sioniste, tout en donnant à l’humanité entière des leçons de morale et de civilisation. …Palestine, Irak, Liban…Libye, Syrie, Yémen.. Sans oublier les autres peuples.

Pour revenir au droit d’exister du peuple palestinien et à sa souveraineté sur sa terre ancestrale, il est utile de rappeler que le 23 septembre 2021, le président de l’ANP, Mahmoud Abbas, avait déclaré à l’Assemblée générale de l’ONU: «Israël a un an pour se retirer des territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-est» et que «si nous n’y parvenons pas, alors à quoi bon maintenir la reconnaissance  d’Israël dans les fontières de 1967.» (6)        
Nul besoin de savoir lire dans le marc de café, le 24 septembre 2022, les colons sionistes  continueront à jouer leurs rôles avec la protection de l’armée occupante et le peuple palestinien le sien: résister.

Mais le 24 septembre 2022, le président de l’ANP aura-t-il la sagesse d’enlever la plaque ”Impasse d’Oslo” et appeler à l’unité du mouvement national de libération palestinien?

Car il est temps de réaliser que l’ANP sert doublement: donner bonne conscience à l’impérialisme occidental tout en diabolisant les forces de résistance palestiniennes.

M.El Bachir

(1)https://legrandcontinent.eu/fr/2022/05/28/la-doctrine-chinoise-de-ladministration-biden/

(2)https://lesobservateurs.ch/2021/12/31/pekin-menace-les-etats-unis-dun-prix-insupportable-sils-encouragent-lindependance-de-taiwan/

(3)https://www-presidency-gov-lb.translate.goog/English/News/Pages/Details.aspx?nid=27045&_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

(4)https://french.almanar.com.lb/2338459

(5)https://fr.timesofisrael.com/bennett-le-regime-iranien-ne-beneficiera-plus-daucune-immunite/

(6)https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/24/a-l-onu-mahmoud-abbas-donne-un-an-a-israel-pour-se-retirer-des-territoires-palestiniens_6095938_3210.html

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.