Le directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri, Firas Abiad, a exprimé ses inquiétudes sur Twitter concernant les retards pris pour vacciner la population, en dépit de progrès sur le terrain face au coronavirus COVID19.

Ainsi si le nombre de cas continue à diminuer et qu’un des 4 services COVID de l’hôpital universitaire a fermé ses portes, les lits des unités de soin intensif restent pleins, alors qu’à l’étranger, le nombre de cas continue à augmenter.

Seulement 3% de la population a reçu les 2 doses de vaccins au Liban et 6% une dose sur le quart de la population souhaitant en bénéficier, rappelle le praticien. Il a également indiqué que ces vaccins préviennent généralement les formes graves de la maladie.

“La “majorité de la population reste sensible à l’infection et elle a peu de chances d’acquérir l’immunité bientôt”, poursuit-il et d’estimer que si le faible nombre de cas encourage les gens à retourner à leur vie normale, celui-ci devrait également augmenter dans un avenir proche avant de déplorer la situation financière critique des hôpitaux, également impactés par la crise.

Le soutien reçu est à peine suffisant pour soutenir les activités hospitalières en cours. Actuellement, et comme indiqué précédemment, la situation financière future des hôpitaux reste sombre
Firas Abiad, 29 avril 2021
Tweet

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.