9 minutes à lire

L’Agence de Notation Fitch a, à nouveau, dégradé les notes des émissions obligataires libanaises, qui passent ainsi de CC à CCC, de “Ultra spéculatif” à “En défaut, avec quelques espoirs de recouvrement“.

Cette annonce intervient en dépit du versement, par la Banque du Liban (BDL) en lieu et place du Ministère des Finances, de la somme de 1.5 milliards de dollars d’échéances obligataires, le 28 novembre dernier.

Fitch estime ainsi que le contrôle des transferts financiers et la mauvaise gestion de la crise par la Banque du Liban pourraient ainsi encore aggraver la situation financière du Liban.

Selon l’agence de notation, une restructuration de la dette publique est désormais probable. Ce risque s’est encore aggravé en raison des dernières décisions de contrôle des capitaux prises par l’Association des Banques du Liban (ABL) et de la Banque du Liban, qui ont instauré des mesures qui limiteront l’entrée du capital nécessaire à la relance de l’économique libanaise. Il note également l’incapacité des autorités libanaises à réguler désormais l’économie, avec l’installation d’un marché des changes parallèles.

Voir les points clés du communiqué de Fitch

Une restructuration ou un défaut de paiement de la dette publique est probable en raison de l’incertitude politique aiguë, des contrôles de fait des capitaux et de la perte de confiance dans le secteur bancaire qui dissuaderont les entrées de capitaux nécessaires au Liban pour répondre à ses besoins de financement. L’émergence d’un taux de change parallèle et l’incapacité de la banque centrale (Banque du Liban, BdL) à honorer pleinement ses obligations en devises reflètent en outre une pression financière croissante.
Les réserves de change brutes de la BdL constituent un amortisseur pour les obligations de service de la dette extérieure à court terme, mais si le contrôle des capitaux limitera les sorties de capitaux, l’absence d’entrées implique une baisse continue des réserves de change. Le rationnement du dollar américain va probablement aggraver la récession, augmenter l’inflation et attiser les troubles sociaux. Cette dynamique menace de plus en plus la capacité du gouvernement et sa volonté de rembourser sa dette. Un accord avec le FMI nécessiterait presque certainement une restructuration de la dette, car le Fonds ne pourrait pas approuver la viabilité de la dette publique.

Aussi la crise économique a abouti à une crise sociale avec des manifestations en cours depuis la nuit du 17 au 18 octobre. Fitch craint que ces troubles se traduisent par une crise politique encore plus aigue.

Les manifestations les plus importantes depuis plus d’une décennie et la démission subséquente du Premier ministre, Saad Hariri, ont provoqué une nouvelle paralysie politique. Des manifestations importantes, persistantes et nationales ont éclaté à la mi-octobre, les manifestants appelant à une refonte du système politique. Les signes de récession, ainsi que l’accès restreint aux dépôts bancaires et les pénuries de marchandises, augmentent le risque de nouveaux troubles sociaux. Le rationnement des dollars américains pour donner la priorité au remboursement de la dette publique pourrait devenir un problème plus politiquement chargé.
Des pourparlers sont en cours pour choisir un Premier ministre pour former un cabinet avec un mélange de nominations politiques et technocratiques, après six semaines d’échec des négociations. Les manifestants sont susceptibles d’être sceptiques vis-à-vis du nouveau gouvernement, à moins qu’il ne contienne une large part de visages frais et n’engage un programme de réforme et de changement politiques. Même alors, les réformes seraient extrêmement difficiles étant donné le système en place de gouvernance confessionnelle et parce que la stabilisation de l’économie nécessiterait des mesures d’assainissement pour réduire les déficits budgétaires et courants importants.

Par ailleurs, l’agence de notation critique également les établissements bancaires privés ou encore la diminution des taux d’intérêts par la Banque du Liban.

L’érosion de la confiance dans le secteur bancaire, à la suite de fermetures intermittentes de banques et de l’émergence de contrôles de capitaux de facto, a mis fin aux entrées de dépôts, une source clé de financement pour le Liban. Une circulaire de la BdL du 4 décembre a abaissé les taux d’intérêt sur les dépôts des clients dans les banques et a rendu obligatoire la conversion partielle en monnaie locale des intérêts dus sur les dépôts de change dans les banques commerciales et chez BdL. Cela réduit encore plus la probabilité d’entrées.

Les réserves monétaires en diminution

Nous prévoyons que les réserves de change brutes de BdL tomberont à 28 milliards USD à fin 2019, en baisse de 4 milliards USD sur l’année, et continueront de s’éroder en 2020, compte tenu des besoins importants de financement extérieur liés à 2,5 milliards USD d’échéances euro-obligations et d’un compte courant un déficit qui pourrait se rétrécir avec la compression des importations, mais rester important, entre 8,5 et 9,5 milliards de dollars. BdL détient également environ 3,5 milliards de dollars d’autres actifs étrangers et 13,4 milliards de dollars d’or, mais ne peut toucher l’or sans l’approbation du Parlement. Les dépôts en devises des non-résidents dans le secteur bancaire totalisent 32 milliards de dollars, les dépôts des résidents en devises de 91 milliards de dollars. Ces dépôts représentent toujours une vulnérabilité externe, même si les contrôles des capitaux limitent les sorties.
En outre, la position de la banque centrale en devises est négative en termes nets plutôt que bruts, car elle a d’importants engagements en devises envers les banques libanaises, que nous estimons à 67 milliards USD en septembre, dont 18 milliards USD de réserves obligatoires. Les actifs étrangers de BdL (à l’exclusion de l’or) sont largement liquides, tandis que les engagements de change envers les banques ont une maturité moyenne plus longue. Si BdL permettait aux banques d’accéder plus facilement à leurs dépôts afin qu’elles puissent répondre aux demandes de change de leurs déposants, les réserves de change de BdL diminueraient rapidement. Par conséquent, les banques ont recouru au contrôle des capitaux et ont utilisé leurs actifs étrangers liquides détenus à l’étranger, qui ont chuté de 3,6 milliards de dollars entre octobre et octobre, alors qu’ils totalisaient 8,4 milliards de dollars.
La montée de la dollarisation et l’émergence d’un taux de change parallèle conduisent à l’élargissement des fissures de l’ancrage de la livre libanaise au dollar américain, qui existe depuis 1997. La dollarisation a atteint 73,5% en octobre, contre 66,0% début 2017. La livre libanaise s’échange au-dessus de 2 000 pour un dollar américain sur le marché parallèle, contre un taux officiel de 1 507,5 pour un dollar américain. Le FMI a soutenu dans son dernier rapport que la livre libanaise était considérablement surévaluée.
Le 4 décembre, la BdL a annoncé que les intérêts sur son certificat de dépôt en dollars américains seraient payés à 50% en dollars américains et à 50% en monnaie locale. En tant que tel, il ne s’acquitte pas intégralement de ses obligations, ce qui souligne l’intensification de la pression financière et fournit un signal négatif supplémentaire de la volonté et de la capacité du secteur public dans son ensemble à respecter ses obligations.
Bien que le gouvernement ait un historique irréprochable de remboursement de la dette (la BdL, au nom du gouvernement, a remboursé un euro-obligation de 1,5 milliard de dollars le 28 novembre), sa situation budgétaire semble précisément insoutenable. Nous prévoyons une contraction de l’économie en 2019 et en 2020. Nous prévoyons un déficit budgétaire de 9,3% du PIB en 2019 avec un excédent primaire marginal. Cependant, nous estimons que le gouvernement devrait dégager un excédent primaire d’environ 5% du PIB au cours des quatre prochaines années pour stabiliser la dette publique / le PIB (même en supposant qu’il n’y ait pas de dévaluation), que nous estimons à 158% fin 2019.

La résolution du conflit politique comme préalable

Une résolution politique qui commence à restaurer la confiance des déposants, combinée à un plan de réforme économique et budgétaire crédible et à un soutien financier extérieur substantiel, allégerait la pression financière. Mais ce scénario dépend d’un certain nombre d’évolutions positives difficiles à assumer comme base de référence. Les évolutions positives devraient être d’une ampleur suffisante pour rétablir rapidement la confiance dans le secteur bancaire et la monnaie locale et générer une croissance économique.
Le Liban a reçu à plusieurs reprises le soutien financier de ses partenaires du Golfe, mais ces dernières années, des considérations géopolitiques ont affaibli les relations avec le Golfe compte tenu de l’influence croissante du Hezbollah en tant que membre du gouvernement libanais. Le Hezbollah est étroitement lié à l’Iran, dont la rivalité régionale avec l’Arabie saoudite est profonde. Les pays du Golfe et les multilatéraux liés au Golfe se sont engagés à hauteur de 3,5 milliards de dollars dans le cadre des 11,0 milliards de dollars de prêts et dons annoncés lors de la conférence CEDRE organisée par le Groupe international de soutien au Liban (ISGL) en avril 2018. Cela n’a pas été décaissé. Il y a eu des expressions de soutien potentiel de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis au début de 2019, mais aucun développement tangible pour l’instant.
Aucun des fonds du CEDRE n’a été décaissé car le Liban n’a pas procédé aux réformes convenues et ne sont en aucun cas destinés au soutien du budget ou de la balance des paiements, mais plutôt à des projets d’infrastructure s’étalant sur plusieurs années. Le 11 décembre, une réunion de l’ISGL à Paris a réitéré son soutien au Liban, à condition qu’un nouveau gouvernement soit formé qui respecte les demandes des manifestants et mette en œuvre des réformes. M. Hariri a demandé à un certain nombre de pays concernés des lignes de crédit pour les importations. Il est peu probable que la réunion entraîne des décaissements financiers importants et immédiats.

L’aide du FMI pour une restructuration de la dette publique

Un accord potentiel avec le FMI pourrait soutenir la situation financière du Liban et mobiliser d’autres financements extérieurs, mais cela entraînerait presque certainement une restructuration de la dette publique. Le Liban aurait probablement besoin d’un accès exceptionnel aux fonds du FMI, car le maximum normal de 435% d’un quota de pays sur un programme de trois ans serait insuffisant, s’élevant à 3,9 milliards de dollars.
Le déclassement du plafond pays à «CCC» reflète l’émergence de contrôles de fait des capitaux, avec des restrictions strictes sur les transferts à l’étranger. La banque centrale n’a pas imposé ces contrôles de capitaux, mais les banques les ont introduits, notamment pour limiter les retraits en dollars américains et les transferts à l’étranger. Fitch estime que les contrôles actuels et les risques de resserrement supplémentaire pourraient potentiellement nuire à la capacité du secteur privé à accéder aux devises pour faire face au service de la dette.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

Comments are closed.